•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gel de taxes : Jean-François LeBlanc chiffre ses engagements électoraux

Debout face à des micros, le candidat aux municipales pour la ville de Gatineau Jean-François LeBlanc s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse.

Jean-François LeBlanc a présenté son plan financier jeudi matin.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

S’il est élu maire de Gatineau, Jean-François LeBlanc misera sur l’aide financière octroyée par Québec en raison de la pandémie et les surplus de la Ville pour offrir un gel de taxes à la population en 2022. C’est ce qui figure dans le plan financier du candidat présenté, jeudi, en point de presse.

Les élus gatinois avaient adopté une hausse de taxe de 2,1 % en 2021. M. LeBlanc cite d’autres Municipalités qui ont plutôt profité de cette aide financière afin de permettre à leurs citoyens le répit proposé.

La Ville de Gatineau a reçu un peu plus de 29 millions de dollars de l’enveloppe de 800 millions destinée aux municipalités du Québec pour atténuer l’impact financier de la pandémie de COVID-19.

Selon Jean-François LeBlanc, considérant les montants annoncés en octobre 2020, « c’est raisonnable de redonner l’argent des citoyens aux citoyens ».

Il faut aussi se rappeler que la Ville a fait un surplus de 25 millions en 2020, ajoute le candidat indépendant à la mairie.

Ce dernier dit même vouloir faire de Gatineau l’une des villes les moins taxées de la province tout en maintenant le niveau de service. Pour les trois dernières années de son mandat, M. LeBlanc souhaite hausser les taxes de 1,7 %, au maximum, soit en deçà du taux d'inflation.

Quant à la relance du centre-ville, le conseiller sortant du district du Lac-Beauchamp propose de maintenir les investissements à 5 millions de dollars. Avant d’investir un montant d’envergure dans le centre-ville, il y a des étapes importantes à suivre, dont celle de ramener les travailleurs de bureau. Ce sont eux qui font vivre les commerces, les jours de semaine, et sans eux, un investissement massif serait inapproprié, poursuit-il.

Son adversaire et cheffe d'Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, craint un gel de taxes et la disparition de la taxe dédiée aux infrastructures. Le gel de taxes, je pense que ça mène irrémédiablement à des hausses de taxes massives, croit celle qui s'est plutôt engagée à une hausse totale de 2,9 %. Je serais curieuse de voir comment il va financer les infrastructures s'il enlève le 1% [de taxe dédiée aux infrastructures].

Diversifier les revenus

M. LeBlanc souhaite ajouter aux coffres de la Ville 10 millions de dollars par année en diversifiant les revenus.

Je veux mettre en place rapidement un comité de diversification des revenus et organiser le premier sommet québécois sur ce thème utilisant l’innovation, la technologie, la fiscalité et tous les autres leviers pour acquérir ces millions qui nous manquent tant, insiste le candidat.

Celui-ci propose aussi de revoir les coûts de permis « en utilisant le principe de l’utilisateur-payeur plutôt que de faire payer un ensemble de citoyens ».

« C’est un service beaucoup plus personnalisé et amélioré que le promoteur recevra, tout en empêchant les subventions croisées par la taxation générale aux citoyens », fait valoir le candidat.

En augmentant le prix de nos permis pour de grands projets, Gatineau se trouve aussi à facturer pour le coût réel du travail des fonctionnaires et accélérer, par le fait même, la venue de nouveaux revenus, croit-il.

M. LeBlanc veut aussi accélérer le processus d'octroi des permis aux promoteurs immobiliers.

Il faut qu'on arrête d'être une petite ville. On est une grande ville. Il faut se voir comme une grande ville et faire bouger les choses, soutient-il. Quand je vais être assis dans le bureau du maire, ça va être des orientations d'innovation, de développement économique, de faire rouler l'économique pour nous donner des revenus pour après ça, être capable d'investir dans autre chose.

Asphaltage et plantation d’arbres

M. LeBlanc prévoit ajouter 50 millions de dollars aux investissements prévus pour l’asphaltage au cours de son mandat. Ce montant permettrait des travaux sur plus de 200 kilomètres supplémentaires.

En matière d’environnement, M. LeBlanc prévoit, dans son programme, 4,5 millions de dollars supplémentaires sur quatre ans pour s’attaquer notamment au site Cook et à la réduction des gaz à effet de serre.

Le conseiller municipal compte aussi planter 200 000 arbres au cours de son mandat s’il est élu.

Le plan financier du candidat indépendant totalise près de 70 millions de dollars pour les quatre prochaines années.

Avec les informations de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !