•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kevin St-Onge purgera deux ans de prison pour leurre d’enfants et exhibitionnisme

Kevin St-Onge regarde directement dans la lentille de la caméra, au palais de justice.

Kevin St-Onge a été reconnu coupable de 31 chefs d'accusation de nature sexuelle en février (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Kevin St-Onge purgera une peine d’emprisonnement de deux ans moins un jour pour de multiples crimes de nature sexuelle sur des mineurs, commis en 2018 et en 2019.

L’homme de Saint-Pascal, dans le Kamouraska, a obtenu sa peine jeudi avant-midi au palais de justice de Rivière-du-Loup.

Il devra également se soumettre à une période de probation de trois ans ainsi qu’à une interdiction d’accès aux réseaux sociaux et à Internet pendant quatre ans.

La juge Luce Kennedy a ordonné que Kevin St-Onge soit inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels en considérant qu’il a fait huit victimes mineures.

Kevin St-Onge avait plaidé coupable de multiples chefs d’accusation qui avaient été déposés contre lui en février dernier.

Il faisait face à des accusations de leurre d’enfants, d’exhibitionnisme et de non-respect des conditions de remise en liberté. Sur les 33 chefs d’accusation, il a reconnu les faits pour 31 d’entre eux. L’homme de Saint-Pascal faisait face, entre autres, à 26 accusations de leurre d’enfants.

La peine suggérée fait suite à une entente avec l’avocate de M. St-Onge, affirme Me Manon Gaudreault, procureure de la Couronne. La peine de deux ans moins un jour permet d’imposer ensuite une période probatoire de trois ans. Dans cette période probatoire, il y a une possibilité de suivre des thérapies pour réhabiliter l’accusé et pour protéger les victimes, commente-t-elle.

Une femme habillée en toge parle à une journaliste.

Me Manon Gaudreault est procureure de la Couronne.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Avec les informations de Fabienne Tercaefs

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.