•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Absence de spectateurs aux parties de sports interscolaires : le ministère recule

Des gradins vides.

La Coupe Acadie de football s'est déroulée sans spectateurs cette année puisque la région de Moncton était visée par les mesures coupe-circuits.

Photo : Radio-Canada

Devant le tollé suscité par l’interdiction des spectateurs aux activités de sport interscolaire, le ministère de l’Éducation allège les restrictions partagées mercredi soir avec l’Association de sport interscolaire du Nouveau-Brunswick (ASINB).

L’ASINB avait communiqué avec ses membres mercredi pour les aviser que les spectateurs ne seraient plus permis lors des parties de sport interscolaire.

Les groupes parascolaires et les équipes sportives pour les élèves de 12 ans et plus pourront entrer et sortir des zones coupe-circuit pour jouer. Aucun spectateur ne sera autorisé à assister aux matchs des équipes, qu'elles se trouvent ou non dans une zone de coupe-circuit, pouvait-on lire.

Jeudi midi, l’organisme a indiqué à ses membres avoir reçu une clarification de la part du ministère.

On indique maintenant qu’aucun spectateur ne sera autorisé à assister à un match dont l’une des équipes est d’une zone coupe-circuit.

Lors de la mise en place des mesures coupe-circuits, pour freiner la montée des cas de COVID-19 au Nouveau-Brunswick, les sports scolaires ont été suspendus pour les enfants de 12 ans et moins. Pour les jeunes sportifs vaccinés, les activités se déroulaient normalement, mais les spectateurs n’étaient pas admis.

Les changements avancés vont permettre aux jeunes des régions qui ne sont pas en zone coupe-circuit de voyager dans les régions visées. Actuellement, une partie du sud-est et une partie du nord-ouest de la province sont visés par ces mesures.

Les régions touchées par les mesures coupe-circuits, au Nouveau-Brunswick.

Les régions touchées par les mesures coupe-circuits, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Contrairement à l’année dernière, les sports scolaires ont pu reprendre cette année au Nouveau-Brunswick. Les jeunes sportifs de plus de 12 ans doivent être vaccinés. Les parents et spectateurs ne sont pas admis à l’intérieur des écoles, mais peuvent assister aux activités dans les lieux communautaires ou à l’extérieur, par exemple au terrain de soccer, dans les piscines et les arénas. Les spectateurs doivent présenter une preuve vaccinale pour les activités intérieures.

Pour l’instant, l’interdiction de spectateurs ne touche que le milieu scolaire et non les activités parascolaires, comme le hockey mineur, ou les sports d’élite.

Les écoles auront la responsabilité d’aviser les participants que les spectateurs ne seront pas autorisés lorsque c’est le cas.

Une pétition récolte des milliers de signatures

L’interdiction de spectateur a incité des citoyens à lancer une pétition. Celle-ci avait récolté plus de 3300 signatures jeudi en début d’après-midi.

Olivier Arsenault joue au soccer et au hockey à l’école Marie-Esther de Shippagan. Il se réjouit du recul du ministère.

Avec cette précision, ça semble beaucoup plus clair et beaucoup plus logique.

Il pense que les spectateurs devraient quand même être admis lorsque la partie implique des joueurs des zones coupe-circuit.

Si dans le sport civil on peut respecter les règlements et s’assurer qu’il n’y a pas de transmission, pourquoi on ne pourrait pas le faire dans l’interscolaire. C’est un manque de logique et de justification, souligne-t-il.

Léonce David est entraîneur de hockey à la polyvalente Louis-Mailloux. Il est soulagé de l’allègement des mesures puisque son équipe jouera son premier match vendredi. Mais il pense que le noeud du problème demeure entier. 

Léonce David

Léonce David, entraîneur de hockey à la polyvalente Louis-Mailloux

Photo : Gracieuseté

Le Nouveau-Brunswick accepte que tout le monde joue son sport à full capacité, mais M. Cardy et ceux qui prennent les décisions, ont décidé que les régions coupe-circuits ne peuvent pas avoir de spectateurs. Comment on peut avoir le Centre Avenir plein avec 10 000 personnes et l’aréna à côté avec des jeunes de l’interscolaire ne peuvent pas avoir personne, questionne-t-il.

Léonce David a déjà parlé à des collègues et espère pouvoir avoir des discussions avec des représentants du ministère sous peu. 

Plusieurs personnes ont dénoncé l’interdiction de spectateurs jeudi matin. Des élèves ont même interpellé directement le ministre sur les médias sociaux.

Avec des informations de Rachel Gauvin, François Le Blanc et de l'émission La matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !