•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effort concerté pour limiter la contamination chez les itinérants à Sherbrooke

Une affiche dans une porte.

Une affiche confirmant l'éclosion de COVID-19 a été installée au Partage Saint-François à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

La santé publique, les organismes communautaires, la Ville de Sherbrooke et le Service de police de Sherbrooke s'organisent pour faire face à une éventuelle contamination plus importante, à la suite de l'éclosion de COVID-19 au Partage Saint-François.

L'éclosion se limite à sept cas pour le moment.

Des unités mobiles de dépistage et de vaccination visitent les lieux que fréquentent les personnes itinérantes. C'était le cas mercredi à la Chaudronnée. Et ce sera le cas jeudi au Centre de jour Ma Cabane.

« Ici, on incite à certaines choses, mais une fois qu’ils sont dehors, ça n’existe plus. C’est certain qu’il y a une inquiétude. »

— Une citation de  Marc Saint-Louis, directeur général du centre de jour Ma Cabane

Mais le plus grand défi reste de trouver un endroit, un local, où les personnes qui n'ont pas de domicile fixe pourraient faire leur quarantaine.

Le directeur général du centre Ma Cabane à Sherbrooke, Marc Saint-Louis, signale que la clientèle du Partage Saint-François est sensiblement la même qui se rend au centre de jour.

Nous avons en moyenne une cinquantaine de personnes différentes qui passent ici tous les jours. Les habitudes de protection en lien avec la COVID ne sont pas dans leur mode de vie, indique Marc Saint-Louis.

Pour le moment, une zone chaude a été mise en place au Partage Saint-François, mais elle ne peut accueillir qu'un maximum de sept personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !