•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : un député regrette d’avoir demandé des accommodements pour un préposé

Michael Gravelle pose pour une photo.

Michael Gravelle, député provincial de Thunder Bay—Supérieur Nord, affirme soutenir la position de son parti concernant la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Patricia Sauzède

Radio-Canada

Le député libéral Michael Gravelle, qui représente Thunder Bay-Superior-Nord à l'Assemblée législative de l’Ontario, regrette d'avoir demandé au gouvernement des mesures d'adaptation pour un préposé aux services de soutien à la personne de sa circonscription qui refuse de se faire vacciner contre la COVID-19.

M. Gravelle a écrit la semaine dernière à la ministre de la Santé, Christine Elliott, et au ministre des Soins de longue durée, Rod Phillips.

Il leur a écrit qu'il espérait que des mesures d'adaptation pourraient être prises pour les travailleurs qui refusent de se faire vacciner, notamment pour un résident de sa circonscription.

Une porte-parole de la ministre de la Santé a partagé le courriel de M. Gravelle avec les médias mercredi.

Le Parti libéral de l’Ontario a déclaré dans un communiqué que les commentaires de M. Gravelle étaient inacceptables et ne correspondaient absolument pas à la position du parti sur la vaccination contre la COVID-19.

M. Gravelle assure qu’il soutient la position de son parti en faveur de la vaccination obligatoire dans les secteurs de la santé et des soins de longue durée.

Il espère que son erreur ne nuira pas au projet de loi présenté mercredi par son collègue John Fraser qui vise à rendre obligatoire la vaccination contre la COVID-19 pour les travailleurs de première ligne des secteurs de la santé et de l'éducation.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !