•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sue Montgomery aimerait découper son arrondissement en deux

Mme Montgomery en point de presse.

Sue Montgomery convoite un second mandat à la tête de l'arrondissement le plus populeux de la métropole. Elle fait campagne non pas pour Projet Montréal, comme en 2017, mais pour Courage, sa nouvelle formation politique.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La mairesse sortante de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce plaide pour la scission des deux secteurs sous sa gouverne.

Sue Montgomery, qui présentait mercredi la plateforme électorale de son nouveau parti, Courage, propose de découper en deux l'arrondissement qu'elle représente depuis quatre ans. Trop vaste et trop populeux, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce est difficile à gérer, a-t-elle confié en entrevue.

L'arrondissement compte près de 175 000 résidents sur un territoire de plus de 21 kilomètres carrés, plaide Mme Montgomery, alors que celui d'Outremont, juste à côté, en héberge à peine 20 000 sur 4 kilomètres carrés.

De plus, Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce ont des réalités géographiques et démographiques bien distinctes, fait valoir la mairesse. Il n'y a pas de connexion, dit-elle. Ça ne marche pas.

« Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, c'est une ville dans la ville. »

— Une citation de  Sue Montgomery, mairesse sortante de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et cheffe du parti Courage

Plaider pour faire de Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce deux arrondissements à part entière figure parmi une centaine d'engagements (Nouvelle fenêtre) pris par Mme Montgomery et ses candidats mercredi.

Le parti Courage promet en outre de militer pour que les résidents permanents et les jeunes de 16 ans et plus puissent avoir le droit de voter aux élections municipales, ce qui n'est pas le cas actuellement. Cette situation est injuste, fait valoir sa cheffe. Surtout pour les résidents permanents, qui paient des taxes, dit-elle.

La principale intéressée se dit consciente que ces questions ne pourront pas être réglées par l'arrondissement, mais elle promet de faire les démarches nécessaires auprès des ordres de gouvernement concernés pour obtenir gain de cause.

Elle se garde bien, toutefois, de dire si elle préférerait un jour être mairesse de Côte-des-Neiges ou de Notre-Dame-de-Grâce, advenant la scission de ces deux secteurs.

Investir dans les infrastructures dont les jeunes ont besoin

Mme Montgomery entend par ailleurs continuer à se battre contre la ville-centre pour sortir son arrondissement du sous-financement dont elle affirme qu'il est victime, sans pour autant augmenter indûment la taxe d'arrondissement.

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce dispose actuellement d'un surplus financier de 7,5 millions de dollars, dit-elle, ce qui devrait lui permettre à brève échéance de se tirer d'affaire.

Mais il faudra tôt ou tard investir massivement dans les infrastructures et les installations sportives de l'arrondissement, fait valoir la mairesse, ne serait-ce que pour permettre aux jeunes de faire quelque chose après l'école et éviter des drames comme celui qui a coûté la vie à un adolescent de 16 ans, lundi.

Un combat politique et... juridique

Sue Montgomery a énormément fait parler d'elle depuis janvier 2020, lorsqu'elle a été exclue du caucus de Projet Montréal pour avoir refusé de congédier sa cheffe de cabinet Annalisa Harris, épinglée par le contrôleur général de la Ville dans une affaire de harcèlement psychologique.

La mairesse se défendait à l'époque en soulignant qu'il lui était impossible de prendre une telle décision sans prendre connaissance du rapport complet sur les événements, ce qui lui était interdit.

Une série de poursuites ont été déposées en Cour supérieure du Québec dans les mois qui ont suivi. Plusieurs d'entre elles ont été réglées depuis, toujours à la faveur de Mme Montgomery.

Cette dernière a néanmoins été blâmée par la Commission municipale du Québec (CMQ), qui a ordonné en juillet dernier une suspension maximale de 120 jours.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

La décision de la CMQ est contestée par Mme Montgomery devant la Cour supérieure, qui n'a pas encore rendu de jugement sur le fond. En attendant, la principale intéressée continue de toucher son salaire et de faire campagne en vue de sa réélection. Annalisa Harris est d'ailleurs candidate dans le district de Loyola.

Oui, les électeurs lui en parlent lorsqu'elle fait du porte-à-porte, admet Mme Montgomery. Mais elle leur explique qu'elle a gagné en Cour supérieure et que celle-ci a toujours rendu des jugements en [sa] faveur.

Moi, ce que je veux, et la raison pour laquelle je me bats, c'est la transparence et la bonne gouvernance dans l'arrondissement, a-t-elle réitéré mercredi.

Un arrondissement convoité

Les candidats sont nombreux à se faire la lutte dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce cette année.

Projet Montréal, Ensemble Montréal, Mouvement Montréal et Courage présentent des candidats pour chacun des six postes électifs à combler, à l'instar de l'Équipe CDN-NDG, un tiers parti propre à l'arrondissement.

Écarté par Denis Coderre, le président de la Commission scolaire English-Montreal, Joe Ortona, fait également campagne dans Loyola à titre d'indépendant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !