•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat d’enseignants réclame des mesures pour protéger la santé des élèves

Une enseignante remet des masques aux élèves dans une cour d'école.

La Fédération des enseignants de la Saskatchewan demande au gouvernement provincial de reconnaître l’ampleur de la pandémie dans les écoles. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF) demande au gouvernement provincial et au ministre de l’Éducation de reconnaître l’ampleur de la pandémie de COVID-19 dans les écoles, et de prendre « des mesures immédiates pour protéger la santé des élèves et leur accès à l'éducation ».

Le ministre Duncan a la responsabilité d'assurer la sécurité des élèves à l'école, a déclaré le président de la STF, Patrick Maze, dans un communiqué publié mercredi.

Patrick Maze exhorte le ministre à faire preuve de leadership et à mettre en œuvre des mesures cohérentes et logiques pour maintenir les élèves et nos communautés en sécurité.

« La transmission se fait dans les écoles et cela ne s'améliorera pas sans action. »

— Une citation de  Patrick Maze, président de la Fédération des enseignants de la Saskatchewan

Le président de la STF déplore un système éducatif sous pression, où les besoins des élèves ne sont pas pleinement satisfaits malgré les efforts indéfectibles des enseignants et du personnel des écoles.

Patrick Maze estime par ailleurs que les décisions qui ont mené à la crise du système de santé se font sentir dans les écoles partout dans la province.

Selon lui, le virus est en train de se propager de manière importante dans les écoles. Et nous n'en connaissons pas l'ampleur, dit-il, à cause d’un manque de coordination et d’un système défaillant.

Ce que nous savons, c'est que la santé, le bien-être mental et l'éducation des élèves sont mis à mal pour la troisième année scolaire consécutive. Et nous savons aussi quelles mesures peuvent réduire les risques.

Dans une lettre envoyée mardi au gouvernement, la STF demande à la province de s'attaquer aux problèmes les plus urgents, comme les cas de COVID-19 parmi le personnel scolaire vacciné, l’approche incohérente pour déclarer une éclosion dans une école et les exigences d’isolement, ainsi que les difficultés à trouver des enseignants suppléants.

Le président de la STF souligne qu’en plus d’être épuisés, les enseignants craignent pour la santé des enfants de moins de 12 ans qui ne sont pas encore admissibles à la vaccination. Les jeunes ont fait des sacrifices importants durant cette pandémie et ils méritent mieux, déclare Patrick Maze.

Le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) est extrêmement préoccupé par l'évolution de la quatrième vague de la pandémie de COVID-19 en Saskatchewan.

Des mesures additionnelles méritent d'être prises par la province et par les individus eux-mêmes pour limiter la transmission communautaire à l'extérieur de l'école, avance le CEF.

Nous croyons que nous devrions redoubler d'efforts avec des gestes courageux au niveau individuel et au niveau provincial pour contrer la propagation du virus, affirme le conseil scolaire dans une déclaration. Des mesures additionnelles méritent d'être prises pour limiter la transmission communautaire à l'extérieur de l'école. Toutes nos équipes, du personnel enseignant aux concierges, en passant par les chauffeurs d'autobus et le personnel de soutien, redoublent d'efforts pour faire respecter les mesures sanitaires en place dans les établissements du CÉF, afin de protéger la santé et la sécurité de nos élèves, de notre personnel et des membres de la communauté.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !