•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ados de Gatineau sont des citoyens à part entière, rappelle la Commission jeunesse

La coprésidente de la CJG s’est exprimée au nom des 18 500 jeunes de Gatineau, lors de son passage au Téléjournal Ottawa-Gatineau.

Une jeune fille aux cheveux longs et bruns.

La coprésidente de la Commission jeunesse de Gatineau, Camille Guindon, avait un message pour les six candidats à la mairie de Gatineau : n'oubliez pas les adolescents dans cette campagne!

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Tous les citoyens, même ceux âgés de 12 à 17 ans, sont concernés par la politique municipale. Les adolescents n’ont peut-être pas encore le droit de vote, mais ils veulent être inclus dans les discussions de la Ville de Gatineau. Voilà, essentiellement, le message qu’est venue livrer la coprésidente de la Commission jeunesse de Gatineau (CJG), Camille Guindon, lors de son passage au Téléjournal.

Pensez-y, les adolescents sont partout dans la ville. Impossible de ne pas les remarquer, ils sont près de 18 500, rappelle la porte-parole de 15 ans. Ils prennent l’autobus, utilisent les pistes cyclables et recyclent. Certains sont même des salariés de la Ville, étant instructeurs de natation ou moniteurs dans un camp de jour.

« Nous sommes 18 000 adolescents dans la ville de Gatineau. [Comment allez-vous] nous aider à nous sentir plus inclus et qu’on ait [davantage] notre mot à dire dans les enjeux municipaux?  »

— Une citation de  Camille Guindon (CJG) aux 6 candidats à la mairie

Les ados sont des citoyens à part entière, soutient Camille Guindon, mais malheureusement, ils ne sont pas toujours entendus. Lors de son entretien, la coprésidente de la CJG a demandé aux candidats à la mairie de Gatineau de ne pas oublier de les prendre en considération dans leurs projets, une fois élu.

Une jeune fille en entrevue avec une femme plus mûre.

La coprésidente de la Commission jeunesse de Gatineau, Camille Guindon (à droite), en entrevue avec la journaliste Patricia Sauzède.

Photo : Radio-Canada

Qu'est-ce qui est important d’entendre lors de cette campagne?

Pour nous, ce qui est important d’entendre, ce sont l’environnement, le transport en commun — ça fait partie de notre autonomie, maintenant que l’on peut se déplacer par nous même —, mais aussi l’identité des jeunes dans la ville de Gatineau.

Est-ce que les jeunes de ton entourage parlent de la campagne électorale?

Il y en a quand même quelques-uns qui en parlent. Les gens de l'extérieur pensent [à tort] que ça ne nous intéresse pas, mais [la réalité c’est] qu’on ne se sent pas assez impliqué. On ne sent pas qu’on a notre mot à dire dans ce contexte d’élections.

Qu’est-ce qu’on devrait faire pour que les jeunes se sentent impliqués dans cette campagne?

Nous donner un accès à l’information, car cette information est souvent diversifiée [et cachée. Elle se trouve à] des endroits où on ne pense pas nécessairement à aller. [Il y a de l’information] surtout sur des sites internet, mais nous les jeunes, on est plus sur les réseaux sociaux.

Dans les enjeux, qu’est-ce que tu aimerais voir comme changement?

Au niveau du transport en commun, par exemple, ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de s’acheter une carte d’autobus pour l’année complète. Les tarifs pour l’autobus sont quand même élevés, ce n'est pas tous les jeunes qui [peuvent se permettre] quatre dollars par trajet d’autobus.

Pour ce qui est de l’environnement, on aimerait [prendre part] à l’action, qu’on vienne nous chercher pour que nous posions les gestes qui peuvent aider l’environnement. C’est rare qu’on pense à venir nous chercher. Parce qu’on est jeune, on pense que ça ne nous intéresse pas, mais au contraire, on est fortement intéressé par l'environnement.  

Les propos ont été édités pour une meilleure compréhension.

Veux-tu en savoir plus sur la campagne électorale à Gatineau? Rendez-vous sur la page web de C’est parti, je vote! 2021

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !