•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire pour le « fly-in, fly-out » : des questions toujours sans réponse

Un homme assis dans un chariot à bagages attend à l'aéroport.

De nombreuses entreprises qui œuvrent sur la Côte-Nord comptent sur le navettage de leurs travailleurs par avion. (Archives)

Photo : Reuters / Mohamed Azakir

Radio-Canada

Plusieurs grandes organisations de la Côte-Nord ont peu d'information à fournir à leurs employés en ce qui a trait à la vaccination obligatoire dans certains moyens de transport qui doit entrer en vigueur dans 10 jours. À compter du 30 octobre, les voyageurs qui prendront le train ou l'avion devront être entièrement vaccinés, alors plusieurs entreprises dépendent du navettage aérien (fly-in, fly-out) pour le voyagement de leurs travailleurs.

Chez Hydro-Québec, dont certains employés voyagent en avion vers la Côte-Nord, on indique être en attente de l'adoption d'un décret du gouvernement fédéral à ce propos.

De son côté, Arcelor Mittal, dont les installations se situent à Fermont et à Port-Cartier, compte beaucoup d'employés qui utilisent le navettage par avion. L'entreprise indique que ce sont les transporteurs qui devront faire appliquer la réglementation.

Elle n'indique pas encore ce qui adviendra des employés qui ne pourront pas se rendre au travail en raison de leur statut vaccinal.

« Quelles seront les répercussions sur leurs emplois? Est-ce que ce seront des congés sans solde, des suspensions, des congédiements? On l'ignore, mais on est en train de regarder ça.  »

— Une citation de  Nicolas Lapierre, coordonnateur régional du Syndicat des Métallos

Le syndicat des Métallos représente plusieurs des travailleurs qui utilisent le service de navettage et certains d'entre eux ne sont pas vaccinés. Il encourage ses membres à se faire vacciner, mais il promet tout de même de défendre ceux qui choisiraient de ne pas recevoir le vaccin.

Pas plus de réponses pour les déplacements maritimes

La Société des traversiers du Québec (STQ) indique pour sa part que, comme les règles en ce qui a trait à la vaccination des passagers et des travailleurs n'ont pas encore été officialisées par Transports Canada, il n'est pas possible de s'exprimer sur leur application.

Relais Nordik, l'entreprise qui opère le Bella Desgagnés qui dessert notamment la Basse-Côte-Nord par la voie maritime, affirme qu'elle attend elle aussi des confirmations de la part de Transports Canada.

Elle évite de se positionner sur la question de la vaccination pour l'instant puisqu'elle attend la décision du gouvernement à ce sujet. L'entreprise ignore pour le moment si les passagers devront présenter une preuve de vaccinale pour pouvoir embarquer à bord du navire.

Le Bella Desgagnés à quai.

Le Bella Desgagnés représente l'un des seuls moyens de voyager vers certains coins du Québec. On ignore si ses passagers devront obligatoirement être vaccinés. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Un document d'information de Transport Canada explique que les passagers de navires menant des activités non essentielles et effectuant des voyages de 24 heures ou plus, comme les navires de croisière, devront être vaccinés. Cependant il pourrait y avoir des accommodements pour les voyageurs des communautés éloignées.

Transport Canada n'a pas été en mesure de répondre aux questions de Radio-Canada mercredi.

D'après les informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !