•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réserve faunique fermée à cause de la présence d’explosifs

Le sol et l'eau contiennent toujours des bombes, des grenades et des fusées éclairantes qui n’ont pas encore explosé.

Un homme vêtu d'un équipement de protection contre les engins explosifs.

L’accès public à la Réserve nationale de faune de la baie Wellers est interdit toute l’année.

Photo : Radio-Canada

Environnement et changement climatique Canada rappelle au public de ne pas s'aventurer dans la baie Wellers, près de Trenton en Ontario. Il y a encore des engins explosifs actifs dans cette ancienne zone de bombardement utilisée autrefois par la Défense nationale.

De 1939 à 1953, le ministère de la Défense nationale a utilisé les berges de la baie Wellers comme secteur d’entraînement au bombardement.

Ce site a été transféré au ministère de l’Environnement et du Changement climatique. La baie Wellers est devenue une Réserve nationale de faune en 1978.

La décontamination a eu lieu au préalable pour éliminer des munitions explosives à la surface du site.

Toutefois, il reste des bombes, des grenades et des fusées éclairantes enfouies plus profondément qui n’ont pas encore explosé. Ces munitions explosives se trouvent dans le sol et sous l'eau.

Leur enlèvement présente un risque pour les personnes durant la réalisation des travaux.

Une île aux contours irréguliers.

La Réserve nationale de faune de la baie Wellers est composée d’un groupe d’îles et elle se trouve près de Trenton, en Ontario, dans le comté de Prince Edward.

Photo : Environnement et changement climatique canada

Protéger la faune

En outre, le retrait des explosifs perturberait la faune et détruirait l’habitat fragile qui se trouve dans la zone.

La baie abrite des espèces menacées d’extinction. De nombreuses espèces vulnérables y vivent. Parmi ces espèces menacées, on retrouve le pluvier siffleur, le papillon monarque, la couleuvre à nez plat.

La baie fournit aussi un habitat de repos et d’alimentation aux oiseaux migrateurs tels que le plongeon huard, les grèbes, etc.

L’accès à la baie Wellers est aussi interdit afin de les protéger les écosystèmes fragiles de plages et de dunes.

Des risques d'amendes

Des panneaux d’interdiction d’accès et des avertissements concernant les explosifs se trouvent partout sur les lieux. Toute personne qui s’y rend sans autorisation s’expose à des accusations et à des amendes.

Seules des chercheurs ayant un permis peuvent s’aventurer dans la réserve faunique. Ces derniers doivent également avoir reçu une formation de sécurité relative aux munitions non explosées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !