•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nombre record d’oursons ayant été secourus sont relâchés dans la nature

Un ours qui s'appelle Vinny.

L'ourson Vinny pesait un peu plus de 2 kilos quand il est entré au centre de réadaptation. Il en pesait 66 quand il a été relâché.

Photo : Black Bear Rescue Manitoba/Facebook

Radio-Canada

L’organisme de secours et de réadaptation des ours noirs, Black Bear Rescue Manitoba, affirme que 30 oursons orphelins seront relâchés dans la nature d’ici la fin de l’année.

L’une des gestionnaires de l’organisme, Judy Stearns, indique qu’il s’agit d’un record. L’an dernier, 19 oursons ont été relâchés. Elle affirme qu’il est difficile de leur dire au revoir.

Évidemment, ils ne peuvent pas rester ici. Nous ne voulons pas qu’ils restent en captivité, mais lorsque tu t’occupes d’un animal pendant des mois comme ça, qu’ils sont nourris et en sécurité, et puis tu dois les laisser partir, [tu y penses], affirme Mme Stearns.

Je m’inquiète pour eux lorsqu’ils sont partis. Le monde est dangereux pour les ours, ajoute-t-elle.

De nombreux oursons orphelins faibles et en mauvaise santé sont désormais des animaux robustes, dont un ours appelé Vinny.

C’est le premier ourson qui est rentré [cette année]. Il est rentré à la fin avril et pesait cinq livres [2,3 kg]. Il a été trouvé tout seul. Il est reparti à 145 ivres [66 kg], raconte Judy Stearns.

Pour qu’un ourson puisse être relâché dans la nature, il doit peser au moins 36 kg (80 livres) afin qu’il ait des réserves de graisse suffisantes pour survivre à l’hiver sans l’aide d’une maman, ajoute-t-elle.

Un ourson dormant paisiblement.

Cet ourson a été secouru en mai, quand sa mère a été percutée par une voiture.

Photo : Black Bear Rescue Manitoba/Facebook

Les ours sont endormis et munis d’un collier GPS et d'une étiquette d'oreille, avant d’être relâchés en petits groupes.

Ça requiert toute une équipe. Nous avons des biologistes provinciaux ici, nous avons nos vétérinaires, nous avons des bénévoles [...] C’est comme une chaîne de montage, indique Judy Stearns.

Elle explique que les oursons sont libérés avec les ours avec lesquels ils habitaient pour qu’ils soient plus en sécurité. Cependant, ils savent exactement quoi faire lorsqu’ils se retrouvent dans la nature, ajoute Mme Stearns.

Pour l’instant, quatre oursons ont été libérés en 2021, et 26 autres doivent encore être relâchés.

Avec les informations de Janice Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !