•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étape de plus vers un médicament contre la COVID-19

Des employés travaillent dans un laboratoire.

Le traitement développé par Immune Biosolutions consiste à inhaler des anticorps qui viendront agir sur les poumons afin de combattre l'infection à la source.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’entreprise sherbrookoise Immune Biosolutions franchit une étape importante dans le développement de son médicament pour combattre la COVID-19. Le médicament, qui obtient des résultats prometteurs, passe à la phase des essais cliniques.

Le traitement consiste à inhaler des anticorps qui viendront agir sur les poumons afin de combattre l'infection à la source. 

Notre médicament est fait à partir d’anticorps. Nous avons identifié chez nos patients qui étaient guéris de la COVID-19, les meilleurs anticorps du Québec. Nous avons créé un mélange de ces trois anticorps qui étaient synergiques, qui avaient plusieurs modes d'action,  pour limiter la multiplication du virus, explique le chef de la direction d’Immune Biosolutions, Frédéric Leduc.

Un inhalateur d'où s'échappe une fumée blanche.

Les patients devront mettre l'embout dans leur bouche et inhaler le médicament qui s'échappe sous forme de bruine.

Photo : Radio-Canada

Selon Frédéric Leduc, ce processus, unique en son genre, permet de bloquer l'action du coronavirus rapidement.

« La plupart des médicaments sont donnés par intraveineuse ce qui est plus long. Notre traitement par inhalation prend de deux à trois minutes. Ça va être plus facile à déployer partout dans le monde. »

— Une citation de  Frédéric Leduc, chef de la direction Immune Biosolutions

Des tests en Afrique du Sud

Les essais cliniques ont été entrepris en Afrique du Sud. Si le plan original original était d'effectuer les tests au Canada, le haut taux de vaccination a contrecarré les plans d'Immune Biosolutions.

Pour faire notre étude, nous avons besoin de patients atteints de la COVID. La population sud-africaine a un taux de vaccination autour de 20 %. Il y avait des milliers de cas, mais cet endroit est réputé pour ses essais cliniques et il y a des règles similaires à Santé Canada, indique le chef de la direction d’Immune Biosolutions,

Dans cette phase 1, ce sont 24 personnes atteintes de la COVID-19 qui sont recherchées pour ces essais cliniques. Des critères de sélection très précis sont appliqués.

La phase 2 de l’étude, qui pourrait commencer à la fin de 2021 ou janvier 2022, vise à analyser la sécurité et l'efficacité.

Nous allons mesurer avec un plus grand échantillon de patients [...]Nous aimerions avoir une approbation pour application d'urgence si nous avons des résultats convaincants rapidement , souhaite Frédéric Leduc.

Frédéric Leduc souligne toutefois que ce médicament ne remplace pas le vaccin. C’est un outil supplémentaire.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !