•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants contre les règles sanitaires appuient la campagne de Shelly Glover

Mme Glover debout devant un micro.

La candidate à la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur Shelly Glover s'oppose à la vaccination obligatoire.

Photo : Radio-Canada / Ian Froese

Radio-Canada

Des Manitobains non vaccinés appuient la candidature de Shelly Glover à la direction du Parti progressiste-conservateur du Manitoba (PC), notamment des militants qui se sont ouvertement opposés aux ordonnances sanitaires dans la province.

Parmi eux, Patrick Allard, qui a organisé plusieurs manifestations pour dénoncer la vaccination et l'obligation de porter le masque, puis Karl Krebs, l'organisateur d'un rassemblement à l'extérieur à Winkler, au cours duquel le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier avait violé les exigences de la quarantaine.

Patrick Allard distribue des affiches pour la campagne de Shelly Glover. Selon lui, Mme Glover est l’occasion d’un nouveau départ pour le PC.

Shelly [Glover] a été prête à parler avec tous ceux qui veulent engager une discussion [entre autres sur l’obligation de la vaccination]. C’est ce qu’une vraie leader doit faire , a affirmé M. Allard dans une déclaration écrite.

Karl Krebs, quant à lui, a refusé la demande d’entrevue de CBC/Radio-Canada à propos de son appui à Shelly Glover.

Il encourage les gens sur Facebook à adhérer au Parti progressiste-conservateur. Il s’agit d’une chance pour avoir sa place à la table et mettre fin aux ravages dans notre province, spécialement dans le monde des affaires, peut-on lire sur sa page Facebook.

Un autre militant antimasque, Daniel Joseph Normandeau se rend régulièrement aux manifestations les samedis au Palais législatif du Manitoba.

Selon lui, les propos de Shelly Glover sont justes, car personne ne devrait être obligé de se faire vacciner.

Toutefois, il demeure sur ses gardes, car il pense que Shelly Glover pourrait changer de discours, si elle devenait première ministre. Quand [un discours] vient d’un politicien, il ne vaut pas grand-chose.

Je l’appuie tant qu’elle maintient cette position [s’opposer à l’obligation vaccinale] et j'espère que cette position ne changera pas, indique M. Normandeau, qui n’est pas officiellement membre du parti.

Un discours empreint de subtilité

Shelly Glover dit elle-même suivre les règles sanitaires et invite la population manitobaine à en faire autant. Elle se décrit d'ailleurs comme une candidate de la loi et de l’ordre.

Nous respectons toutes les ordonnances de la santé publique et avons obtenu le soutien d’un grand nombre de personnes qui viennent de tous les coins de la province et représentent une grande variété de points de vue, a déclaré par courriel une personne proche de la campagne de Mme Glover.

Le commentateur politique Michel Lagacé explique que le discours politique de Shelly Glover, quoique beaucoup plus subtil, est comparable à celui du Parti populaire du Canada.

« Shelly Glover a un discours inquiétant. »

— Une citation de  Michel Lagacé, politologue

Selon lui, il est clair que Mme Glover utilise un langage politique précis pour attirer les gens non vaccinés ou réticents à l’obligation vaccinale.

Le professeur en sciences politiques à l’Université de Winnipeg Félix Mathieu explique que Shelly Glover a un peu hérité de l’appui des membres du parti qui s'étaient rangés derrière l’ancien candidat Ken Lee.

Elle tente, depuis, de courtiser cet électorat-là, qui compose quand même près d'un cinquième des adhérents du parti, alors qu’elle se heurte au caucus conservateur, qui soutient massivement Heather Stefanson, son adversaire, et le statu quo en matière de vaccination ou d'exigences de tests, ajoute M. Mathieu.

De son côté, l’équipe de campagne de Heather Stefanson, l'adversaire de Mme Glover dans la course à la chefferie, dit : Nous suivons les conseils des professionnels de la santé. Si nous ne les suivons pas, nous ne nous remettrons jamais de cette pandémie.

Celle qui sera élue cheffe du Parti progressiste-conservateur du Manitoba deviendra la prochaine première ministre, le 30 octobre prochain.

Avec des informations de Zoé Le Gallic-Massie et Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !