•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une taxe sur les boissons sucrées à Terre-Neuve-et-Labrador

Des bouteilles de boisson gazeuse.

La taxe pourrait entrer en vigueur d'ici un an.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador compte imposer une taxe sur les boissons sucrées en septembre 2022, a annoncé mardi la ministre des Finances, Siobhan Coady.

Les revenus perçus grâce à cette taxe sont estimés à environ 9 millions de dollars par année, mais la ministre la présente comme un moyen d’encourager la population à choisir des boissons plus saines.

Annoncée dans le budget provincial de 2021, la taxe sera de 20 ¢ le litre. Si la loi est adoptée comme prévu, la taxe entrera en vigueur le 1er septembre 2022.

Siobhan Coady devant un micro.

Siobhan Coady, ministre des Finances de Terre-Neuve-et-Labrador

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Selon la ministre Coady, le but n’est pas de toucher aux entreprises qui fabriquent ou distribuent ces produits. Il s’agit, explique-t-elle, d’une mesure appuyée par des intervenants en santé, dont la Société canadienne du cancer.

La taxe s’appliquera à plusieurs produits prêts à boire, à des concentrés et à des boissons préparées, dont les suivants : les boissons gazeuses, énergisantes, à saveur de fruit, à base de poudre aromatisée, ainsi que les jus concentrés surgelés, les sirops et les barbotines.

Des exceptions sont prévues dans le cas des boissons diététiques, des jus de fruits 100 % naturels, des jus de légumes, des ingrédients utilisés en cuisine et pour les boissons préparées dans un point de vente, par exemple dans un café.

Les boissons alcoolisées, médicales ou thérapeutiques, le lait, y compris celui au chocolat, les boissons de yaourt, les extraits de plantes enrichis et les boissons dans des contenants de moins de 75 ml échapperont aussi à la nouvelle taxe.

La taxe sera incluse dans les prix des produits pour exercer le plus grand impact sur les décisions des consommateurs, selon la ministre Coady.

Une mesure régressive, selon l’opposition

Le député conservateur Tony Wakeham qualifie de régressive la nouvelle taxe. Il juge qu’elle va nuire aux consommateurs à faibles revenus.

Selon le député Wakeham, il serait plus efficace de mieux informer les consommateurs pour qu’ils choisissent des boissons plus saines.

Tony Wakeham ajoute que de petits commerçants expriment des craintes au sujet de la taxe.

Selon Jerry Earle, président de l’Association des employés des secteurs public et privé de Terre-Neuve-et-Labrador, la taxe est malavisée et risque de nuire à des travailleurs. Ce syndicat représente entre autres des travailleurs de l’entreprise Browning Harvey, à Saint-Jean, qui produisent des boissons pour Pepsi.

L’efficacité de l’imposition de taxes du genre par d’autres gouvernements est encore loin d’être démontrée, selon M. Earle. Il serait préférable, dit-il, de mettre en oeuvre des stratégies pour mieux informer la population et réduire la pauvreté, l’insécurité alimentaire et les causes d’inégalité dans la société.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !