•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseil scolaire modifie ses consignes vestimentaires

Le portrait juxtaposé de deux femmes.

Deema Abdel Hafeez et Aisha Mahmoud sont à l'origine de la motion.

Photo : site web de la HWDSB

Radio-Canada

Lors d'une récente réunion du Conseil scolaire public anglais Hamilton-Wentworth (HWDSB), les conseillers ont adopté à l'unanimité une motion visant à réviser le code vestimentaire en supprimant des « normes sexistes et désuètes ».

La motion, présentée par les conseillères étudiantes Aisha Mahmoud et Deema Abdel Hafeez, fait suite aux critiques formulées à l'encontre de l’école secondaire du district de Waterdown.

Celle-ci a diffusé, le 7 octobre, une annonce aux élèves sur la nécessité de s'habiller de manière appropriée. La police enquêtait alors sur de nombreux rapports de violence et de harcèlement sexuels dans l'établissement.

Nous avons la responsabilité de veiller à ce que nos politiques ne rejettent pas une faute ou une responsabilité indue sur les victimes de harcèlement sexuel et ou d'agression sexuelle, a déclaré Mme Mahmoud lors de la réunion de lundi.

Nous savons que les victimes de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle, souvent, ne signalent pas ces incidents en raison d'une culture existante qui rejette le blâme sur la victime, a ajouté Mme Abdel Hafeez.

Les élèves conseillers du HWDSB ont déclaré que le code vestimentaire actuel singularise les vêtements traditionnellement féminins, créant ainsi un double standard sexiste.

L'objectif d'un code vestimentaire pour les élèves est d'assurer un environnement scolaire sûr, exempt de systèmes d'oppression, a déclaré Mme Abdel Hafeez.

Mme Mahmoud a ajouté que l'adoption de la motion est une chance pour le conseil de montrer qu'il écoute les élèves lorsqu'ils s'adressent à lui.

Application préoccupante

La conseillère Maria Felix Miller, qui a parrainé la motion avec la conseillère Penny Deathe, a déclaré qu'elle était préoccupée par la façon dont la politique est appliquée.

Certains élèves ont été stigmatisés par rapport à d'autres et ont fait l'objet de discriminations répétées. Je sais aussi que nos administrateurs et notre personnel ont beaucoup à faire et je pense que nous pouvons faire mieux pour eux et leur donner plus de clarté et de meilleurs outils pour définir la culture de l'école, a déclaré Mme Miller.

De son côté, Mme Deathe a déclaré que ces élèves courageux ont pris le temps d'écouter, de rencontrer le personnel, d'apprendre [et] de réfléchir. [...] J'ai vu un véritable leadership et je suis très fière qu'ils se soient manifestés.

Elle a ajouté qu'une révision du code vestimentaire était attendue depuis longtemps.

Comme solution à court terme, la directrice adjointe des services d'apprentissage du HWDSB, Sue Dunlop, a déclaré que le conseil scolaire allait envoyer des messages aux personnes concernées à propos des nouvelles directives.

La solution à long terme consistera à ce que le personnel révise le code vestimentaire et revienne devant les conseillers scolaires avec une mise à jour à une date ultérieure.

Selon Mme Mahmoud, il ne s’agit que d’un début.

Nous sommes allés à la réunion de ce soir avec un résultat en tête, mais il y a tellement de perspectives et d'expériences que nous devons prendre en compte dans cette conversation, a-t-elle écrit sur Twitter après la réunion du conseil.

Mardi, le conseil scolaire a envoyé une mise à jour à propos du code vestimentaire. Elle comprenait les consignes suivantes :

Que peuvent porter les élèves?

Les élèves :

porteront un haut et un bas de vêtements d'une matière opaque;

peuvent porter des hauts qui exposent les bras, les épaules, le ventre, les lignes de cou, la poitrine et les bretelles, mais couvriront les mamelons;

peuvent porter des bas qui exposent les jambes, les cuisses et les hanches, ainsi que les bretelles et les ceintures, mais qui couvrent l'aine et les fesses;

peuvent porter tout couvre-chef ou coiffure qui ne masque pas le visage, y compris, mais sans s'y limiter, les durags, les casquettes, les foulards, etc.;

peuvent porter une tenue vestimentaire ou un couvre-chef requis pour soutenir les accommodements religieux/crédités et les accommodements similaires en matière de droits de la personne.

Il est interdit de :

porter des sous-vêtements comme vêtements de dessus;

porter quoi que ce soit qui encourage ou symbolise la drogue, l'alcool, les activités illégales, la haine ou la discrimination, le blasphème, la pornographie, qui incite à la violence ou au harcèlement, ou qui menace la santé et la sécurité;

porter quoi que ce soit qui représente ou affiche un discours de haine à l'encontre de groupes fondés sur la race, l'origine ethnique, le sexe, le handicap, l'orientation sexuelle, l'identité sexuelle, l'affiliation religieuse ou tout autre groupe protégé.

De plus :

Lorsque le personnel doit s'adresser à des élèves qui ne respectent pas le code vestimentaire, le conseil a déclaré qu'il doit éviter de renforcer les stéréotypes et travailler avec les élèves de manière individuelle.

Il doit également traiter le problème comme s'il était mineur et s'assurer qu'il n'a pas d'impact négatif sur l'élève (par exemple, en le privant de cours). Le conseil a déclaré que le personnel doit également proposer des solutions à l'élève.

Source : Conseil scolaire public anglais Hamilton-Wentworth (HWDSB)

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !