•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés devront être entièrement vaccinés pour siéger aux Communes

Vue en plongée des sièges de la Chambre des communes.

Les travaux parlementaires reprendront le 22 novembre à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Benoit Roussel

Radio-Canada

Les députés fédéraux devront être entièrement vaccinés pour siéger à la Chambre des communes, a annoncé mardi son président, le libéral Anthony Rota.

L'obligation d'être adéquatement vacciné entrera en vigueur à compter du 22 novembre, date de reprise des travaux parlementaires.

Cette exigence s’appliquera à toute personne souhaitant entrer dans les lieux de la Chambre des communes, y compris les députés et leur personnel, les employés des bureaux de recherche politique, les employés de l’administration, les membres de la Tribune de la presse parlementaire, les visiteurs d’affaires du Parlement, les entrepreneurs et les consultants, a précisé dans un communiqué M. Rota, aussi président du Bureau de régie interne, l'organe directeur de la Chambre des communes.

Une personne est considérée comme étant entièrement vaccinée contre la COVID-19 14 jours après avoir reçu le nombre de doses recommandé d’un vaccin ou d’une combinaison de vaccins approuvés par Santé Canada, ajoute-t-il.

Après les élections du mois dernier, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, avait plaidé pour que les parlementaires siègent en personne, à la condition qu'ils soient adéquatement vaccinés, une proposition à laquelle les libéraux s'étaient montrés favorables.

Les Canadiens s'attendent à ce que leurs représentants élus mènent par l'exemple, a indiqué vendredi le premier ministre Trudeau dans une déclaration annonçant ses entretiens à venir avec les chefs des partis d'opposition, dont le premier a eu lieu avec M. Blanchet, mardi.

Pendant la campagne électorale, les libéraux, les néo-démocrates ainsi que les bloquistes avaient tous trois indiqué que l'ensemble de leurs candidats étaient vaccinés.

Seul le Parti conservateur du Canada avait refusé de dévoiler le statut vaccinal de ses candidats. La possibilité qu'il y ait des députés conservateurs non vaccinés soulevait donc des questions liées à l'accès aux édifices.

Au dernier décompte chez les députés conservateurs, 79 des 119 élus ont confirmé leur vaccination à La Presse canadienne, dont les 10 députés du Québec. Deux des 40 restants ont fait savoir qu'ils refusaient, par principe, de dévoiler leur statut; les 38 autres n'ont tout simplement pas répondu.

Selon la directive du président de la Chambre, les personnes ayant une contre-indication médicale à la vaccination devront quant à elles présenter un résultat négatif récent à un test antigénique rapide de dépistage de la COVID‑19. Le nombre maximal de jours depuis l'obtention du résultat n'est pas précisé.

Les enfants de moins de 12 ans, pour lesquels aucun vaccin n'a encore été approuvé, seront exemptés de l'une ou l'autre des mesures s'ils visitent la Chambre des communes.

Le président de la Chambre a indiqué que les détails concernant la mise en œuvre de la décision seront communiqués ultérieurement.

Prolongation des mesures préventives

Certaines mesures qui avaient déjà été approuvées par le Bureau de régie interne, entre autres concernant le port du masque ou du couvre-visage, ont par ailleurs été prolongées jusqu'au 31 janvier 2022.

Le port du masque reste ainsi obligatoire dans les multiples lieux de la Chambre des communes, tant à la Chambre qu'à l'entrée des bâtiments ou dans les stationnements intérieurs, par exemple, à l’exception des postes de travail ou des bureaux où il est possible de maintenir une distance physique de deux mètres.

Si le port du masque n'est pas imposé dans l'enceinte de la Chambre et dans les salles de comités lorsque les députés sont à leur place pendant les délibérations parlementaires, il est néanmoins fortement recommandé.

La Chambre des communes reste par ailleurs fermée aux visiteurs. Les activités parlementaires qui ne sont pas considérées comme essentielles au fonctionnement du Parlement sont suspendues, tout comme les voyages des comités.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !