•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin imminente d’une entente pour des pompiers à Rivière-Saint-Jean et Rivière-au-Tonnerre

Un camion de pompier stationné dans un garage sous la pluie à Longue-Pointe-de-Mingan.

Le garage des pompiers de Longue-Pointe-de-Mingan

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Radio-Canada

Une entente entre Rivière-Saint-Jean, Rivière-au-Tonnerre et Longue-Pointe-de-Mingan pour le partage de pompiers arrivera à échéance le 31 décembre 2021. La possible fin de cette entente laisse planer l’incertitude quant à la présence d’un service incendie dans les deux premières municipalités.

C’est le service incendie de Longue-Pointe-de-Mingan qui couvre présentement ce vaste territoire.

Des discussions sont en cours entre les municipalités et la MRC pour tenter de trouver une solution, mais elles sont ralenties par la campagne en cours en vue des élections municipales du 7 novembre.

Les municipalités pourraient reconduire une entente similaire ou choisir de régionaliser le service incendie. Dans tous les cas, l'achat de véhicules ou de matériels constituerait des dépenses significatives pour ces communautés de quelques centaines de personnes.

Les discussions sont entamées du côté des municipalités dans le but de voir si on va continuer à faire des ententes entre nous autres ou bien si on va s'associer et acheter de l'équipement ensemble, résume le préventionniste en incendie pour la MRC de Minganie, Martin Desrosiers. On parle actuellement de régionalisation du service incendie dans le but de regrouper nos services, de regrouper nos casernes sous une seule gestion, ce qui pourrait sauver des coûts et harmoniser la structure incendie.

La région doit également composer avec un manque de main-d'œuvre et des contraintes techniques compliquant le travail des pompiers.

La caserne ne dispose que d'un camion pompe d'envergure, le seul entre Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre.

Seuls 11 pompiers travaillent pour le service incendie de Longue-Pointe-de-Mingan, tous à temps partiel et souvent bénévolement.

Deux de ces pompiers habitent à Rivière-au-Tonnerre. Ils disposent d'un plus petit camion incendie qui leur permet notamment d'intervenir pour des opérations de désincarcération sur la route.

Pierrot Vaillancourt photographié devant le côté d'un camion de pompier.

Le directeur du service incendie de Longue-Pointe-de-Mingan, Pierrot Vaillancourt

Photo : Radio-Canada / Djavan Habel-Thurton

Le directeur du service incendie de Longue-Pointe-de-Mingan, Pierrot Vaillancourt, craint de laisser son village sans protection lorsqu'il doit intervenir dans les autres municipalités.

Moi, si je quitte le village avec mon équipe pour un call hors du territoire de la municipalité, s'il arrive quelque chose à Longue-Pointe, on est faits, explique-t-il.

C’est sans compter l'absence de réseau cellulaire sur une bonne partie du territoire qui complique le travail des pompiers, qui ne peuvent souvent pas communiquer avec le centre d'appel d'urgence.

Dans un monde idéal, M. Vaillancourt croit qu'il devrait y avoir des pompiers dans chaque village qui pourraient préparer le terrain en attendant l'arrivée d'un gros camion pompe.

Avec les informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !