•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Higgs pousse le chef de la GRC au N.-B. vers la sortie

Le commandant divisionnaire de la Gendarmerie royale du Canada au Nouveau-Brunswick, Larry Tremblay.

Le commandant divisionnaire de la Gendarmerie royale du Canada au Nouveau-Brunswick, Larry Tremblay (archives)

Photo : Ed Hunter/CBC

Radio-Canada

Le gouvernement de Blaine Higgs a poussé le commandant divisionnaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Nouveau-Brunswick vers la sortie, selon ce qu'a appris CBC. Le ministre de la Sécurité publique, Ted Flemming, a demandé qu’il soit remplacé « immédiatement ».

Dans sa lettre à la commissaire Brenda Lucki datée du 15 juillet, le ministre Ted Flemming écrit qu’il n’a plus confiance en Larry Tremblay.

Le ministre affirme également que Larry Tremblay a été un fonctionnaire exemplaire, mais qui n'aidait pas le gouvernement à faire les changements importants dans les forces de l’ordre.

Ted Flemming indique qu’il est urgent de s’attaquer aux crimes liés à la drogue et que la police doit faire de ce défi l’une de ses priorités. Il est aussi d’avis que les corps policiers doivent être davantage redevables aux gouvernements municipaux.

Le ministre a utilisé une clause de son contrat avec la GRC pour demander à Brenda Lucki de remplacer Larry Tremblay immédiatement en affirmant qu’il s’agit d’une situation urgent.

Larry Tremblay partira à la retraite à la fin du mois. Selon une porte-parole de la GRC, Angela Chang, il s’agit d’une décision personnelle.

Le contrat qui lie le gouvernement provincial et la GRC stipule effectivement que le commandant peut être remplacé le plus vite possible à la suite d’une demande écrite du ministre qui montre qu’il existe des raisons suffisantes de croire que le chef n’a plus la confiance du ministre provincial.

Le contrat permet également au ministre d’avoir son mot à dire sur la personne qui sera choisie comme remplaçant.

La lettre de Ted Flemming n’explique pas pourquoi le ministère est d’avis que Larry Tremblay ne répond pas aux attentes en matière de lutte contre le trafic de drogue.

Dans une entrevue accordée à CBC, le ministre a déclaré que lors des consultations publiques sur la réforme de la gouvernance locale, la criminalité et le maintien de l'ordre étaient l’une des sources principales des préoccupations exprimées par les Néo-Brunswickois.

La province a investi beaucoup d'argent dans la lutte contre les drogues illégales, a dit Ted Flemming. Nous voulons déclarer la guerre à ces gens.

Lors du dépôt du dernier budget provincial, en mars, un montant supplémentaire de 2,3 millions de dollars a été accordé à la GRC dans le but de réduire l'approvisionnement en drogues illégales dans la province.

Le porte-parole de la GRC au Nouveau-Brunswick, Hans Ouellette, a affirmé plus tôt cette semaine que la force policière était sur la bonne voie pour atteindre ou dépasser ses objectifs pour la réduction de la criminalité en 2021-2022. Il précise que la GRC a déjà effectué 16 saisies de drogues à haut risque, dépassant son objectif de 12 saisies de ce genre pour l’année au complet.

Le ministre Flemming affirme que cette déclaration de la GRC concernant l'atteinte de ses cibles était en contradiction avec ce qu'il entendait sur le terrain.

Le nom de la personne qui prendra la place de Larry Tremblay n’a pas été annoncé.

D’après un reportage de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !