•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Antony Auclair plaide pour un football plus inclusif et humain

Antony Auclair des Buccaneers de Tampa Bay.

Antony Auclair et la basketteuse paralympique Cindy Ouellet sont co-porte-paroles du nouveau programme contre l'intimidation en milieu sportif de Sport'Aide.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Éclaboussée par une fuite de courriels discriminatoires qui a mené à la démission de l’entraîneur-chef des Raiders de Las Vegas, Jon Gruden, la NFL est une ligue qui évolue pour le mieux, estime le footballeur beauceron Antony Auclair. L’intolérance fait place à l’ouverture d’esprit et ceux qui s’accrochent au passé méritent d’être laissés derrière.

Pour l’ailier rapproché des Texans de Houston, les choses sont en train de changer drastiquement dans la NFL. Mardi, ce dernier s’adressait aux médias au sujet de son nouveau rôle de porte-parole du programme contre l'intimidation en milieu sportif de Sport’Aide.

Un rôle dans lequel l’ancien du Rouge et Or veut se servir de sa notoriété pour donner l’exemple et, il ne le cache pas, le circuit dans lequel il évolue n’est pas exempt de critique. La semaine dernière, une série de courriels dans lesquels Jon Gruden tenait des propos racistes, sexistes et homophobes au sujet de personnalité de la NFL ont été rendus publiques par le New York Times, forçant l’entraîneur à démissionner.

Une mauvaise publicité dont se serait passé le circuit Goodell. De plus en plus, les commentaires de la sorte ne sont plus tolérés et ils n’auraient jamais dû l’être, note toutefois Antony Auclair.

Le mythe de l'homme de fer

L’athlète de 28 ans mentionne l’ailier défensif Carl Nassib, devenu cet été le premier joueur de la NFLouvertement homosexuel, et les sorties publiques plus nombreuses des joueurs concernant leur santé mentale comme un signe que les choses s’améliorent.

Antony Auclair tient le ballon en courant vers l'avant.

Vainqueur du Superbowl avec les Buccaneers de Tampa Bay, l'hiver dernier, Antony Auclair évolue maintenant pour les Texans de Houston. Il a inscrit son premier touché dans la NFL, la semaine dernière.

Photo : Getty Images / Otto Greule Jr

C’est important au football, un sport dans lequel il s’est bâti une véritable mythologie, à travers les années, dépeignant les joueurs et les entraîneurs comme des hommes de fer.

La mentalité au football, avant, c’était vraiment que tu dois être un homme agressif qui ne montre pas ses émotions. Mais c’est en train de changer. Je pense qu'un bon leader, c’est quelqu’un qui va montrer ses faiblesses devant tout le monde et en parler. Il va montrer son côté humain, explique Antony Auclair.

Le sport pour enseigner l'ouverture d'esprit

Montrer ses faiblesses, c’est ce que tente de faire le footballeur en s’impliquant avec Sport’Aide. L’athlète que tu vois sur le terrain le dimanche, jamais tu ne penses que ça peut mal aller dans sa vie. Mais ce n’est pas parce qu’il marque des touchés la fin de semaine que tout va nécessairement bien.

Auclair, qui raconte avoir lui-même été intimidé à ses débuts au football au secondaire, veut maintenant encourager les jeunes sportifs et les intervenants du milieu à faire preuve d’ouverture.

Il donne l’exemple du football qui a tout ce qu’il faut pour véhiculer des valeurs d’inclusion. On est un groupe d’individus très différents. Des petits et des gros joueurs qui travaillent ensemble dans un but collectif. Il y a de tout dans une équipe et je pense que c’est ce qui fait la beauté du sport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !