•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un héron, plus habitué à l’Amérique du Sud, aperçu en Alberta

Un oiseau sur une branche.

Le naturaliste Brian Keating dit qu’il a vu l’oiseau dans la réserve ornithologique d’Inglewood, à Calgary.

Photo : Brian Keating

Radio-Canada

Un bihoreau violacé, aussi appelé bihoreau à calotte jaune, a été vu à Calgary, loin de l’habitat naturel de ce héron, plutôt situé au Mexique ou en Amérique du Sud.

Le naturaliste Brian Keating explique que ce héron a été vu pour la première fois en ville au début du mois d'octobre. Mais ce n'est que lorsque sa photo a été publiée dans l’application eBird, la plus grande base de données mondiale pour l’observation des oiseaux, que l’on s’est aperçu qu'il s'agissait d’un bihoreau violacé.

M. Keating estime que le héron se trouve à au moins 1000 kilomètres de l'endroit où il devrait être.

Le naturaliste pense que l'oiseau est arrivé à Calgary par erreur : C’était un jeune bihoreau à calotte jaune qui s'est peut-être trompé de direction.

Chasse nocturne

Brian Keating raconte que, lorsqu’il a lui-même observé l’oiseau, il était posé dans un vieux peuplier dans la réserve ornithologique d’Inglewood.

Quand je l’ai vu, je pense qu’il se préparait à partir pour sa chasse nocturne. Il se grattait et s’étirait et paraissait simplement plus alerte que durant la journée, quand il se repose.

Brian Keating tient à rappeler que la migration des oiseaux évolue et qu’il serait donc possible que l’on aperçoive plus de bihoreaux violacés à l'avenir en Alberta.

Les oiseaux modifient leurs mouvements migratoires tout le temps, parfois très légèrement, parfois de façon spectaculaire. Cet individu pourrait être une expérience de la nature.

Mais c’est énorme pour la communauté ornithologique de Calgary, dit-il. C’est seulement la deuxième fois que cet oiseau est vu dans la province.

Bientôt plus nombreux?

Il y a sept espèces de bihoreaux dans le monde. À ceux qui espèrent en voir, le naturaliste explique que ces hérons sont plutôt corpulents, de taille moyenne, avec un petit cou et des pattes courtes.

Les jeunes, comme celui que nous avons eu la semaine dernière, sont marron avec des taches blanches, décrit M. Keating. Il ajoute qu'ils sont très actifs la nuit, chassant des poissons, des grenouilles et de petits mammifères. Ils raffolent des crustacés, notamment des crabes.

Selon Brian Keating, les hérons nichent généralement en groupes sur des îles dans des nids de 1 mètre de large dans les arbres ou les arbustes.

C’est évidemment trop tôt pour le dire, dit-il, mais il se peut qu’un jour l'on voie des bihoreaux violacés faire leur nid ici aussi. On en a trouvé dans le sud de l'Ontario et même au Michigan. Donc, ils sont capables de passer du temps ici, c’est certain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !