•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude sur les goélands au lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station

Une volée de goélands au-dessus du dépotoir.

De 800 à 1000 goélands volent au-dessus du lieu d'enfouissement technique d'Hébertville-Station lors de la migration automnale.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean commande une nouvelle étude pour déterminer comment se comporte la population de goélands à son lieu d'enfouissement technique d'Hébertville-Station.

Sept ans après l’ouverture du site et avec le début des activités du centre de compostage à la mi-août, l’étude vise aussi à établir si les oiseaux ont changé leurs habitudes.

Des fois les gens vont nous dire : "il y a beaucoup plus de goélands", mais c'est quoi beaucoup plus de goélands, est-ce que c'est 20 goélands de plus, est-ce que c'est 100, est-ce que c'est 1000 , demande la directrice des communications à la RMR, Mélanie Simard?

La firme Environnement CA de Saint-Bruno étudiera également les déplacements des goélands pour s'assurer que le site d'enfouissement technique perturbe le moins possible les activités normales des oiseaux et celles des humains du voisinage.

Des méthodes de contrôle

Les responsables du lieu d’enfouissement technique disposent déjà de tout un arsenal pour limiter la présence de goélands, comme des dispositifs sonores, des ballons qui imitent le hibou et des oiseaux en plastique.

Un travailleur installe un cerf-volant à l'effigie d'un oiseau de proie sur une aire de béton.

Le personnel a installé un cerf-volant en forme de rapace pour faire fuir les goélands.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Ce qu'on veut, c'est que ce soit sécuritaire pour nos opérateurs et pour les camionneurs qui viennent porter leurs déchets, explique la gestionnaire des projets et de l’environnement, Liza Gauthier. Parce que s'il y a 2000 goélands qui tournent autour de notre compacteur, c'est dangereux. Ils ne voient pas. Il faut que ce soit sécuritaire et pour nos voisins, que ce ne soit pas des nuisances.

L’accès à l’aire d’alimentation pour les goélands est également réduit en recouvrant les déchets d'une couche de matériau inerte. Les oiseaux ont ainsi plus de difficulté à aller chercher la matière.

On dénombrait 400 goélands dans le secteur avant l'ouverture du site, il y a sept ans. En période de migration à l'automne, on compte maintenant entre 800 et 1000 spécimens. Le goéland est un oiseau protégé au Canada en vertu de la Loi de 1994 sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !