•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une docu-série explore l’affaire du meurtre de Christine Jessop

Portrait de Christine Jessop.

Christine Jessop a été enlevée et tuée en 1984.

Photo : CBC

La Presse canadienne

La créatrice d'une docu-série en préparation sur le meurtre en 1984 d'une fille ontarienne affirme que le projet permettra à sa famille de dire enfin toute la vérité.

L'actrice et productrice torontoise Folklaur Chevrier explique avoir les droits exclusifs sur l'histoire de Christine Jessop, neuf ans, et qu'elle développe Darkness in Daylight avec la permission de la famille, dont la mère, Janet Jessop et le frère, Kenneth Jessop.

Christine a disparu le 3 octobre 1984 alors qu'elle se rendait dans un parc pour retrouver un ami après l'école dans le village de Queensville, dans le sud de l'Ontario. Son corps a été retrouvé la veille du Nouvel An cette année-là, dans un champ agricole de l'Ontario à environ 55 km de là.

Agressée sexuellement et tuée à 9 ans

En 1995, des preuves ADN ont exonéré Guy Paul Morin, qui avait été reconnu coupable de meurtre au premier degré lors d'un nouveau procès trois ans plus tôt.

En octobre 2020, l'affaire a pris une autre tournure majeure lorsque la police de Toronto a déclaré que des preuves ADN indiquaient que feu Calvin Hoover avait agressé sexuellement la fillette de 9 ans et était probablement l’auteur du crime. L'homme, qui s'est suicidé en 2015, avait vécu près de la famille de Christine.

Deux portraits de Calvin Hoover présentés par la police de Toronto.

Calvin Hoover avait 28 ans lors du meurtre de Christine Jessop en 1984. Il s'est suicidé en 2015, avant que des traces d'ADN l'incriminent.

Photo : CBC

Folklaur Chevrier indique travailler sur la série limitée d’enquête criminelle parce qu'elle pense que Christine a besoin d'une voix.

Nous avons tous entendu l'histoire de Guy Paul Morin, mais nous n'avons jamais entendu parler de Janet et Kenneth Jessop - nous n'avons jamais entendu de version non vérifiée, nous n'avons jamais entendu leur vérité et nous n'avons jamais entendu pourquoi leur vie a été un enfer, a déclaré Chevrier lors d'un entretien téléphonique.

Son parcours avec l'affaire a commencé il y a plus de dix ans, explique-t-elle, lorsqu'un anniversaire avait fait la une des journaux. Il y a eu quelques autres événements que Mme Chevrier a pris comme un signe pour fouiller l'histoire, et elle dit qu'elle en est devenue absorbée et presque obsédée.

Les trois personnes sont assises côte à côte.

L'actrice et productrice Folklaur Chevrier (à gauche), en compagnie de la mère de la victime, Janet Jessop, et son fils, Kenneth.

Photo : La Presse canadienne / Offerte par Folklaur Chevrier

La fondatrice de la société de production Folklaur Films avait initialement planifié un projet sur grand écran et a contacté l'avocat de la famille Jessop, Tim Danson, a rencontré Janet et Kenneth en personne à Keswick, en Ontario, et a parlé au père de Christine, Bob Jessop, par téléphone.

Mme Chevrier a également rencontré Guy Paul Morin et sa mère, Ida.

Avec tout le matériel réuni, Folklaur Chevrier s'est rendue compte qu'il valait mieux en faire une série télévisée en trois ou quatre parties.

Guy Paul Morin dans une foule entouré de microphones.

Guy Paul Morin a été acquitté en 1995 dans l'affaire du meurtre de Christine Jessop.

Photo : La Presse canadienne / Moe Doiron

Ensuite, le projet est allé dans une direction complètement différente avec les nouvelles de l'année dernière sur Calvin Hoover.

Nous avons dû changer toute la trajectoire de l'histoire et de la série, car maintenant l'affaire est résolue, souligne-t-elle. Mais cela ne veut pas dire que nous avons une fin. En fait, il n'y en a pas, parce que (...) pour les Jessop, la plaie n’est pas refermée.

Leur cœur sera à jamais brisé. Ils seront toujours la mère d'une fille assassinée et le frère d'une sœur assassinée. Pour eux, il s'agit de passer à autre chose, et pour la toute première fois de dire leur vérité.

Pas encore de diffuseur

Folklaur Chevrier a indiqué qu'elle n'avait pas de diffuseur mais qu'elle était en train de trouver qui serait la bonne personne pour diriger ce projet et le diffuser.

Elle prévoit d'entrer en production l'année prochaine et présenter la famille Jessop comme sujets clés. Alors que la famille a déjà donné des entretiens, ils devaient toujours faire très attention à ce qu'ils disaient, et assez franchement, ils avaient peur de dire la vérité, remarque la productrice.

Elle prévoit également de rencontrer l'ex-femme de Calvin Hoover, Heather, pour la série.

Pour Folklaur Chevrier, les Jessop sont confrontés à la culpabilité et à plus de questions qu'au cours des 36 dernières années, et se demandent : Comment l'agresseur peut-il être quelqu'un qui était proche d'eux, quelqu'un qui a aidé dans la recherche, quelqu'un qui les a aidés?

Ils sont remplis de colère et ils sont également remplis de douleur et d'incrédulité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !