•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le roman L’orangeraie, de Larry Tremblay, adapté pour l’opéra

Il sourit au micro.

L'auteur Larry Tremblay

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

Radio-Canada

Le roman coup de poing de Larry Tremblay, paru en 2013, sera présenté pour la première fois dans une version adaptée pour l’opéra au Monument-National, à Montréal, du 19 au 21 octobre, et à Québec en novembre. Le spectacle est mis en musique par Zad Moultaka.

Le roman du dramaturge et écrivain québécois a connu un énorme succès depuis sa publication, ayant remporté plusieurs prix au Québec et à l’international. Il a été traduit dans près de 20 langues, dont l’arabe, le slovène, le danois, le coréen, le chinois et le grec.

L'orangeraie suit l'histoire de frères jumeaux, Amed et Aziz, qui doivent affronter la cruauté et l'absurdité de la guerre, quelque part au Moyen-Orient. Lorsqu’un obus tue leurs grands-parents, pour venger leur mémoire, leur père se laisse convaincre par un chef terroriste de sacrifier l'un de ses fils au nom de Dieu.

Campé dans le quotidien de la guerre, le roman pose des questions cruciales sur le cycle de la violence, la transmission de la haine et le sacrifice.

Donner une place plus grande aux femmes

L’orangeraie a déjà été adapté pour le théâtre par Claude Poissant en 2016, donc une partie du travail de débroussaillage des textes était amorcée, mais Larry Tremblay affirme qu’il a dû poursuivre l’exercice. Il fallait notamment transformer les nombreuses descriptions du roman en dialogue.

J’ai dû travailler très fort pour réduire la masse textuelle et ensuite trouver une balance entre les voix, parce que dans le roman, il y a peu de femmes, à part Tamara, la maman, et la sœur, Dalima, a expliqué l’auteur au micro d’Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à Tout un matin. J’ai donné un plus grand rôle à Dalima, pour avoir une voix féminine plus importante dans le spectacle.

Sur la musique de Zad Moultaka

Le compositeur franco-libanais Zad Moultaka signe la musique de l’opéra, lui qui est reconnu pour composer des œuvres dont les sonorités rappellent autant l’Orient que l’Occident. Le spectacle est mis en scène par Pauline Vaillancourt, avec Dominique Blain à la vidéo et à la scénographie.

Les neufs voix qui interpréteront les compositions de Moultaka seront sous la direction de la cheffe Lorraine Vaillancourt, directrice musicale du Nouvel Ensemble Moderne (NEM).

L’orangeraie, une coproduction de la compagnie lyrique de création Chants Libres et du NEM, sera présenté du 19 au 21 octobre à 20 h, au Monument-National, à Montréal, ainsi qu’au théâtre Le Diamant, à Québec, les 5 et 6 novembre.

Avec les informations d'Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l'émission Tout un matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !