•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système solaire serait-il entouré d’un tunnel magnétique?

Le ciel tel qu'il apparaîtrait dans les ondes radio polarisées.

Le ciel tel qu'il apparaîtrait dans les ondes radio polarisées. Les lignes indiquent l'orientation du champ magnétique.

Photo : Dominion Radio Astrophysical Observatory/Villa Elisa telescope/ESA/Planck Collaboration/Stellarium/J. West

Radio-Canada

Notre système solaire serait entouré d’un tunnel magnétique, montrent les travaux de scientifiques de l’Université de Toronto.

La Dre Jennifer West et ses collègues ont montré que l’Éperon polaire Nord (North Polar Spur) et la Région de l’éventail (Fan Region), deux structures distinctes observées depuis des décennies dans notre galaxie, la Voie lactée, sont en fait reliées.

Lorsqu’elles sont observées dans les longueurs d’ondes radio, ces deux régions semblent composées de dizaines de longs filaments qui finissent par prendre la forme générale d’un tunnel qui entoure notre système solaire.

La courbe d'un tunnel, avec les lignes formées par les feux du tunnel et les marqueurs des voies de circulation.

La courbe d'un tunnel, avec les lignes formées par les lumières et les marqueurs des voies de circulation. Cette géométrie serait similaire à celle de la structure astronomique.

Photo : Université de Toronto/Pixabay/J. West

Si nous étions capables de percevoir avec nos yeux la lumière radio, nous verrions cette structure en forme de tunnel dans à peu près toutes les directions où nous regardons, explique Jennifer West dans un communiqué publié par l’Université.

Les deux structures seraient composées de particules chargées et formeraient un champ magnétique.

Carte de la Voie lactée.

Carte de la Voie lactée montrant la position et la taille des filaments. L'encadré montre une vue plus détaillée, dont la position du Soleil.

Photo : NASA /JPL-Caltech /R. Hurt, SSC & Caltech /J. West

Depuis les années 1960, ces structures situées à environ 350 années-lumière de notre système sont étudiées individuellement par les astrophysiciens. L’équipe torontoise pense être la première à les considérer comme une seule entité.

Repères

  • Notre soleil est en orbite autour du centre de la Voie lactée, une galaxie d’un diamètre d’environ 100 000 années-lumière contenant de 200 à 400 milliards d'étoiles.
  • Le Soleil se trouve dans l’un des bras spiraux externes de la galaxie, le bras d’Orion 107, qui se situe à environ 25 000 à 28 000 années-lumière du centre galactique où se trouve un trou noir supermassif.

La Dre West s’intéresse à ces structures depuis qu’elle a vu pour la première fois une carte du ciel radioélectrique, il y a une quinzaine d’années.

Ce n’est que récemment qu’elle a mis au point, avec ses collègues, un modèle informatique qui leur a permis, par des calculs, de construire la structure qui entoure le système solaire, et de leur montrer à quoi ressemblerait le ciel radio depuis la Terre, à travers les télescopes modernes.

C'est un travail extrêmement brillant, affirme le Pr Bryan Gaensler.

Lorsque Jennifer m'a présenté cette idée pour la première fois, j'ai pensé que c’était impossible. Mais elle a finalement réussi à me convaincre! Maintenant, je suis impatient de voir comment le reste de la communauté des astronomes va réagir, ajoute le Pr Gaensler, qui a participé aussi aux travaux dont le détail est publié dans l’Astrophysical Journal (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Mme West regarde maintenant le ciel avec impatience en espérant que ses travaux permettront d’autres découvertes.

Les champs magnétiques n'existent pas de manière isolée. Ils doivent tous être connectés les uns aux autres, explique-t-elle.

« La prochaine étape consistera donc à mieux comprendre comment ce champ magnétique local se connecte à la fois au champ magnétique galactique à plus grande échelle et aux champs magnétiques à plus petite échelle de notre Soleil et de la Terre. »

— Une citation de  La chercheuse Jennifer West

D’ici là, la chercheuse convient que ce nouveau modèle de tunnel apporte un nouvel éclairage à la communauté scientifique et qu’il peut paraître révolutionnaire.

C’est quand même génial de penser que ces structures sont partout chaque fois que nous regardons le ciel nocturne, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !