•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Utilisation du mot en n : le membre du personnel du CLR en congé

Une chaise seule au milieu d'une salle vide.

Un membre du personnel du Collège Louis-Riel est en congé pour avoir prononcé le mot en n.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Radio-Canada

Le membre du corps professoral qui a prononcé le mot en n dans une salle de classe du Collège Louis-Riel (CLR), à Winnipeg, a été placé en congé.

La Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) a confirmé l'information dans un courriel à Radio-Canada mardi.

Le mot en n a été utilisé jeudi dernier dans le cadre d’une activité d’enseignement en classe, précise la DSFM.

Cet événement est à la source d’une altercation avec un élève.

Sur les réseaux sociaux, des images d’une agression et de discussions tendues entre un membre du personnel et des élèves ont circulé sur le web la semaine dernière et ont indigné des parents.

Le directeur des services aux élèves à la DSFM, Daniel Preteau, avoue que l’ambiance est tendue à l’école quelques jours après les incidents.

C’est un sujet délicat à aborder. Quand on mélange des émotions variées avec la jeunesse, on y va très doucement. [...] Ce n’est pas une situation facile pour personne, surtout les élèves qui vivent ça, affirme-t-il.

M. Preteau mentionne ainsi, sans vouloir parler au nom des élèves, que ces derniers veulent qu’on adresse la situation, et ils veulent du respect et c’est ce qu’on leur doit.

Des parents rencontrés aux abords du Collège Louis-Riel, mardi, trouvent inacceptable l’utilisation de ce mot dans un contexte scolaire.

Mon enfant pense que c’est inadmissible d’utiliser le mot en n. Je pense que ça doit être révolu. Ce n’est pas la première fois que c’est arrivé et ça devient récurrent. [...] Il faut qu’il y ait un réel changement et il faut rencontrer les parents des élèves et Parents contre le racisme et avoir une discussion franche, lance ainsi Oumar Jueye.

On est ici pour apprendre et des mots comme ça n’ont pas de place, non seulement ici, mais nulle part dans notre monde, renchérit Lisa Watts.

L’organisme Parents contre le racisme a qualifié l’utilisation du mot en n de déshumanisante pour les élèves noirs et y voit l’existence d’une culture de racisme normalisé à l’école.

Dans un communiqué de presse, vendredi dernier, la DSFM a déclaré que cet incident nous rappelle que, malgré les efforts à outiller le personnel, nous avons encore un bout de chemin à faire. Elle a condamné tout acte et parole raciste.

Radio-Canada est sensible au choix des mots, à plus forte raison lorsqu’il est question de désigner des individus, quelle que soit la couleur de leur peau, leur orientation sexuelle ou leur religion. Il y a longtemps que nous, à Radio-Canada, n'utilisons plus le mot « nègre » pour désigner des personnes à la peau noire.

Nous avons choisi d’écrire mot en n en lieu et place d’un autre mot anglais, également connu comme le « n word », qui est perçu comme l’une des pires, sinon la pire des insultes qu’on puisse proférer à l’endroit d’une personne à la peau noire. Il s’agit, selon nous, d’une question de respect.

Lundi, la DSFM et le CLR se sont engagés à mettre en place, d'ici la fin du mois de novembre, quatre comités composés de parents, d’élèves, de membres du personnel et de la communauté. Leur rôle sera de se pencher sur les défis en lien avec le racisme et d’élaborer un plan d’action.

La DSFM a aussi indiqué, lundi, que d'autres actions ont été prises pour apaiser les tensions et lutter contre le racisme.

De plus, 22 personnes, dont plusieurs travailleurs sociaux provenant de l’Accueil francophone et de Pluri-Elles, ont pu offrir un appui aux élèves et aux membres du personnel qui en avaient besoin, explique la Division scolaire.

Interrogé sur les événements, le président de l'Association des éducatrices et éducateurs franco-manitobains, Roland Deleurme, n'a pas voulu émettre de commentaire.

Avec les informations de Joëlle Morgan et de Godlove Kamwa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !