•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autopsie électorale des conservateurs devra passer par l’« effet Maxime Bernier »

Maxime Bernier et Catherine Letarte sur une scène.

Maxime Bernier et sa conjointe Catherine Letarte, lors de son discours au terme de la soirée électorale

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

La Presse canadienne

L'ancien député conservateur albertain chargé d'analyser les performances électorales de son parti a précisé mardi qu'il examinera notamment l'effet Maxime Bernier sur la défaite des conservateurs.

James Cumming, qui a perdu son siège le 20 septembre aux dépens du libéral Randy Boissonnault, a déclaré qu'il commencerait cette semaine à contacter les candidats et les équipes de campagne.

Le chef Erin O'Toole a demandé à M. Cumming de réexaminer toute la campagne du parti, après la défaite face aux libéraux le 20 septembre. Les conservateurs ont remporté deux sièges de moins que lors du scrutin de 2019.

M. Cumming dit qu'il va se pencher sur la stratégie de campagne du parti, ses actions sur le terrain et les données utilisées, mais aussi la tournée de M. O'Toole au cours de cette campagne de 36 jours.

Les conservateurs devront notamment examiner le rôle joué dans leur défaite par le parti populiste de droite de Maxime Bernier.

Au cours de sa deuxième élection fédérale en tant que chef du Parti populaire du Canada (PPC), l'ex-député conservateur beauceron s'est beaucoup détourné d'un de ses sujets de prédilection, l'immigration, en se concentrant largement sur l'opposition à la vaccination obligatoire et à d'autres mesures sanitaires, lors de cette campagne en pleine pandémie.

Bien que le Parti populaire ne soit toujours pas représenté à la Chambre des communes, le bilan post-électoral des conservateurs devra nécessairement se pencher sur la division du vote de droite.

Partout où nous avons eu une hémorragie de votes, il est important, je pense, d'examiner et de comprendre les facteurs, notamment le rôle du PPC, a déclaré M. Cumming en entrevue mardi.

En Alberta, nous avons assisté à une importante hémorragie des voix vers le Nouveau Parti démocratique, c'est donc une situation entièrement différente, précise-t-il par ailleurs. Dans tous les cas, nous devons examiner là où nous avons bien fait et là où nous avons moins bien fait, région par région, afin de mieux comprendre la dynamique de ce scrutin.

M. O'Toole lui-même a passé les derniers jours de la campagne à avertir de plus en plus directement les partisans conservateurs de ne pas diviser le vote de droite en appuyant le parti de Maxime Bernier, ce qui mènerait tout droit, disait-il, à un autre gouvernement libéral.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !