•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : 3 personnes sur 4 élues sans opposition en Abitibi-Témiscamingue

Le conseil municipal de Ville-Marie.

Les nouveaux élus de Ville-Marie ont tenu leur première séance le 19 octobre.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

74 % des élus de l’Abitibi-Témiscamingue ont obtenu un mandat sans opposition.

Il s’agit de la deuxième région administrative du Québec avec le plus haut taux de candidats élus sans opposition, après le Centre-du-Québec.

Au Témiscamingue, 9 municipalités sur 21 ont un conseil où tous les membres ont été élus sans opposition.

Conseils municipaux élus sans opposition au Témiscamingue

  • Ville-Marie

  • Laverlochère-Angliers

  • Guérin

  • Notre-Dame-du-Nord

  • St-Bruno-de-Guigues

  • Saint-Eugène-de-Guigues

  • Saint-Édouard de Fabre

  • Laniel

  • Kipawa

C’est le cas de la Ville de Ville-Marie, où le nouveau conseil vivait sa première séance mardi soir.

Trois nouveaux conseillers font partie de l’équipe. Le conseiller sortant Martin Lefebvre a été élu maire sans opposition.

On le voit par nos conseils municipaux, on n’a pas tant de visite que ça. Les gens ne se présentent pas sur les différents sièges, j’espère que c’est en raison de la confiance pour les gens qui se sont présentés, souhaite le nouveau maire.

Le maire et ses conseillers souhaitent poursuivre le travail entamé par leurs prédécesseurs.

Martin Lefebvre dans un parc, souriant.

Martin Lefebvre, conseiller sortant, a été élu maire de Ville-Marie sans opposition.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

À Notre-Dame-du-Nord, six des sept membres du conseil ont repris leur siège. Cette réalité démontre, selon le maire Nico Gervais, une certaine satisfaction des citoyens.

C’est la confiance de la population envers notre conseil. Ils ont vu qu’on avait fait du bon travail depuis les quatre dernières années et ils ont décidé de nous laisser en place, croit Nico Gervais.

À Laniel, le comité municipal est composé de trois nouveaux visages. Tous les membres du comité municipal ont été élus sans opposition.

J’ose espérer que c’est parce qu’il y a une certaine satisfaction du travail qu’on a accompli durant les dernières années. J’imagine que la majorité de nos citoyens et villégiateurs sont satisfaits de notre gestion en général, affirme la présidente, Patricia Noël.

Beaucoup de sièges à combler et un manque d’intérêt

Le conseiller aux communications et aux relations médias à l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Patrick Lemieux, croit que le peu d’opposition aux élections municipales s’explique entre autres par la satisfaction de la population envers les équipes en place.

Il n’exclut toutefois pas le manque d’intérêt pour la politique municipale en raison, notamment, de la lourdeur de la tâche.

Au fil des années, le rôle et les responsabilités des élus ont beaucoup changé. Maintenant, c’est très exigeant. Ils ne couvrent pas juste les mandats liés à la gestion des taxes foncières ou des ordures ou en infrastructures. Leur mandat s’est beaucoup diversifié. On leur demande d’être actifs en environnement, en développement économique, en matière de famille, de loisirs et d’immigration. Très souvent, la rémunération n’est pas au rendez-vous et c’est particulièrement vrai dans les petites communautés, explique Patrick Lemieux.

Le président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers

Le président de la FQM, Jacques Demers

Photo : courtoisie Fédération québécoise des municipalités

Pour pourvoir tous les postes dans les municipalités au Québec, il faut que 8000 personnes s’impliquent. Il s’agit d’un nombre important, selon le président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers.

Quand on nous compare au provincial, où il y a 125 postes à combler et environ 75 au niveau fédéral, c’est énorme ce qu’on demande aux gens comme implication. Par contre, il faut vraiment être fier de voir qu’au niveau des femmes et des jeunes, il y a une croissance importante partout au Québec, souligne-t-il.

Au Québec, 60,9 % des personnes ont été élues sans opposition. L’UMQ et la FQM sont d’avis qu’il faut promouvoir le rôle des élus municipaux.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !