•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la 1re fois, une femme représente le Canada au Championnat du monde de baristas

En 2018, la Polonaise Agnieszka Rojewska avait été la première femme à gagner cette compétition réputée.

Jill Hoff prépare un café dans un Monogram Coffee de Calgary.

Jill Hoff est passionnée par les différentes étapes nécessaires entre la récolte des cerises de café et la tasse servie aux clients.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Cette semaine, une Calgarienne s'est envolée vers l'Italie pour participer au Championnat du monde de baristas, la plus prestigieuse compétition dans l'univers du café. C'est la première fois qu’une femme y représente le Canada.

Le 23 octobre, Jill Hoff sera à Milan face aux meilleurs baristas du monde entier. Quelques jours avant son départ, elle était encore derrière un comptoir à faire des cafés. Entre deux lattes, elle vérifiait sur Internet quelles étaient les preuves de vaccination qu'elle devait apporter.

Le Canada est réputé dans l'univers du café. Des Canadiens sont parvenus à participer à chacune des cinq dernières finales, et tous étaient originaires de Calgary.

Je ressens quand même la pression d'être à la hauteur, vu leurs bons scores aux dernières compétitions, avoue Jill Hoff.

Lors de ce championnat mondial, les concurrents doivent se démarquer en préparant 12 boissons à base de café en moins de 15 minutes, le tout en faisant une présentation orale devant quatre juges.

Je dois répéter les mêmes gestes sans arrêt pour que cela devienne naturel et que je n'aie plus à y penser le jour J , dit la barista albertaine. Elle avoue qu'elle a eu beaucoup de temps pour se préparer. À cause de la pandémie, la compétition a été décalée d'un an et demi.

De grandes occasions

Jill Hoff travaille pour le torréfacteur calgarien Monogram depuis sept ans. Son entraîneur et patron, Benjamin Put, a fini trois fois dans les six meilleurs mondiaux.

Même s’il n’a pas atteint la première place, ce championnat lui a ouvert des portes et a fait augmenter les ventes de son entreprise.

« Ce championnat permet d'apprendre beaucoup, très vite, de rencontrer les meilleurs et d'obtenir une reconnaissance inestimable dans une industrie où il n'y a pas vraiment d'écoles ou de diplômes pour être reconnu comme barista », explique Benjamin Put.

Benjamin Put prépare un café filtre.

Benjamin Put a créé Monogram Coffee à Calgary en 2014 avec Jeremy Ho et Justin Eyford.

Photo : Instagram / Monogram Coffee

Les finalistes obtiennent souvent des contrats de partenariat avec des marques et offrent ensuite des formations payantes à travers le monde.

La place des femmes

Jill Hoff est fière d'être la première Canadienne à y participer et espère aller loin. En cinq ans, seulement une finaliste sur dix était une femme.

La première à avoir remporté la compétition était Agnieszka Rojewska, de Varsovie, en Pologne.

Elle a participé au championnat mondial en 2015 et en 2016, mais a fini loin du podium. En 2018, après avoir investi près de 35 000 $ et beaucoup de temps, elle a enfin pu tenir le trophée dans ses mains. 

Agnieszka Rojewska est devenue la première barista d’Europe de l’Est à arriver en finale et la première femme à remporter le titre de championne du monde.

Je suis, d’un coup, devenue un modèle pour beaucoup. Des femmes m’ont contactée par centaines pour avoir mes conseils. J'ai voyagé 270 jours dans le monde entier l'année suivant ma victoire pour faire des formations et parler dans des conférences. J'étais même dépassée par la situation, avoue-t-elle.

Agnieszka Rojewska (à droite) donne une conférence.

Après sa victoire en 2018, Agnieszka Rojewska (à droite) a donné des formations et des conférences pour des entreprises comme Nespresso, Starbucks, Vergnano et Coca-Cola.

Photo : Agnieszka Rojewska / Coffee Fest

Selon la barista polonaise, les femmes sont encore rares dans cette industrie, et encore plus rares dans les compétitions, mais la parité est en train de changer petit à petit.

Benjamin Put observe aussi cette tendance. Par le passé, la plupart des propriétaires de cafés étaient des hommes blancs qui pensaient surtout à s'inscrire eux-mêmes en priorité, explique-t-il.

Des conseils pour gagner

Du 22 au 26 octobre, le barista Ply Pasaraj, du Rogue Wave Coffee, à Edmonton, participera également au championnat en Italie dans la sous-catégorie café filtre.

Agnieszka Rojewska conseille aux prochains participants de se lancer dans l'arène avec détachement et plaisir. 

La première compétition est souvent la moins réussie, mais le plus important, c'est de se lancer, assure-t-elle. Si vous avez aimé y participer, vous pourrez tenter votre chance à nouveau.

Il faut profiter de ce moment unique le plus possible, même si c’est très stressant, conclut Benjamin Put, qui assure qu'il y a plus à gagner qu'à perdre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !