•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe et le Dr Shahab menacés

Scott Moe marche, suivi par le Dr Saqib Shahab, dans un corridor.

La police a déclaré que le premier ministre Scott Moe et un responsable du ministère de la Santé de la Saskatchewan ont été menacés par courriel par un homme de Regina au sujet de la pandémie. (archives)

Photo : The Canadian Press / Michael Bell

Radio-Canada

Un homme de Regina est accusé d’avoir menacé par courriel le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, au sujet des mesures contre la COVID-19.

L'homme de 38 ans fait l'objet d'accusations après que la police a déclaré qu'il avait menacé la vie et la sécurité de Scott Moe et d'un responsable du ministère de la Santé de la Saskatchewan au début du mois.

Le bureau du premier ministre a confirmé que le responsable visé était bien le médecin hygiéniste en chef, Saqib Shahab.

Le premier ministre Scott Moe a marqué son soutien au Dr Shahab dans une déclaration écrite.

Personne ne devrait recevoir de menaces, et surtout pas le Dr Shahab, qui a été sans relâche au service des habitants de la province.

Le Service de police de Regina a déclaré qu'il avait exécuté un mandat de perquisition dans une maison du sud de Regina, après une enquête approfondie.

Un homme a ensuite été arrêté et inculpé de deux chefs d'accusation de profération de menaces. Depuis, il a été libéré sous des conditions strictes, a indiqué la police.

Le Service de police de Regina a d’abord reçu un rapport sur le courriel en question. Il avait été envoyé à partir d'un faux compte, le 4 octobre, à plusieurs personnes choisies au hasard.

Un porte-parole de la police a confirmé que le courriel contenait un message sur la pandémie et les mandats liés à la santé.

L’auteur des menaces devrait comparaître devant le tribunal le 1er décembre.

Avec les informations de Jessie Anton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !