•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Groupe FARI en pourparlers avec trois communautés religieuses

Un croquis illustre la cour arrière du projet de construction.

La résolution de la Ville de Rimouski donnant l'aval au projet fait l'objet d'une contestation devant la Cour supérieure.

Photo : Ville de Rimouski

Radio-Canada

Le Groupe FARI indique être en discussions avec trois congrégations religieuses de la région, soit Les Ursulines de l’Union canadienne, Les Filles de Jésus et Les Servantes de Notre-Dame Reine du Clergé. Advenant une entente, les sœurs occuperaient près de la moitié des unités projetées du projet de résidences pour aînés du groupe.

Bien qu'aucune entente n'ait été conclue, le Groupe FARI indique dans son communiqué publié mardi que les membres des communautés religieuses analysent la possibilité de s’installer dans la future résidence. Toujours selon les données inscrites au communiqué, la moyenne d’âge des sœurs dépasserait les 87 ans.

Toutes les religieuses et le personnel en poste à Rimouski et Lac-au-Saumon ont été avisés plus tôt aujourd’hui des discussions qui ont été engagées entre le Groupe FARI et les communautés, lit-on dans le communiqué. En raison de la diminution du nombre de membres d’année en année et de leurs besoins grandissants pour des soins de santé plus spécialisés, la recherche d’un nouveau milieu de vie adapté à leur réalité devient urgent pour elles.

Le directeur général et associé du Groupe FARI, Dany Chassé précise cependant [que] la teneur de ces pourparlers ne change rien à l’importance que nous accordons au fait d’offrir des unités pour l’ensemble de la population aînée rimouskoise, y compris les personnes laïques.

Religieuses autour d'un repas.

Des religieuses de Notre-Dame Reine du Clergé, à Lac-au-Saumon, pourraient intégrer la résidence (archives).

Photo : Radio-Canada

Le projet de résidence, composé de 118 logements et 56 chambres de soins dédiées à une clientèle en perte d’autonomie ne fait pas l'unanimité à Rimouski.

Les bâtiments de la résidence, d'une hauteur variant de quatre à six étages, ont été jugés trop imposants par certains pour le quartier résidentiel où ils seraient construits. La résolution de la Ville permettant la construction fait l'objet d'une contestation devant les tribunaux.

Un point jaune situe le projet sur une carte de Rimouski.

Le projet de résidence pour aînés du Groupe Fari doit prendre place à cet emplacement, sur la rue des Flandres, à Rimouski.

Photo : Ville de Rimouski

Le Groupe FARI indique par ailleurs qu'il envisage de favoriser une approche qui répond aux critiques formulées par les contestataires du projet, soit de réaliser le projet en une seule phase et avec un impact réduit sur la circulation locale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !