•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert du Comité des finances pour la nouvelle bibliothèque d’Ottawa

Un croquis de la future bibliothèque centrale d'Ottawa.

L'ouverture de l'établissement est maintenant prévue pour 2026.

Photo : Ville d'Ottawa

Les membres du Comité des finances et du développement économique de la Ville d’Ottawa ont voté à l’unanimité en faveur des recommandations selon lesquelles le conseil municipal devrait autoriser un financement plus élevé pour la construction de la nouvelle bibliothèque.

La semaine dernière, on apprenait que la nouvelle infrastructure municipale va coûter 131 millions de dollars de plus que ce qui était prévu et alloué par le conseil municipal, ce qui représente une augmentation de 60 % du coût du projet.

Le coût total du projet est maintenant évalué à 306 millions de dollars.

Mardi, les membres du Comité ont donc approuvé ce nouveau calcul, soit l'offre la plus basse fournie par les entreprises soumissionnaires pour la construction de l’édifice qui portera le nom d’Ādisōke.

Selon Stephen Willis, le directeur général de la Direction générale de la planification, de l'infrastructure et du développement économique, plusieurs facteurs ont influencé l’augmentation du coût du projet.

Il a cité en exemple les importants changements de construction à travers le continent et les difficultés d’approvisionnement en matériaux.

Par ailleurs, selon lui, la bibliothèque nécessite des matériaux spécialisés et une main-d'œuvre hautement qualifiée.

La Ville d’Ottawa s'est entendue avec Bibliothèque et Archives Canada (BAC) sur un partenariat pour mener à terme le projet de bibliothèque centrale sur les plaines LeBreton, au centre-ville de la capitale.

Malgré l’importante différence de prix, le conseil municipal devrait approuver le projet, puisque l'abandon du projet aurait d'importantes répercussions. La Ville a déjà investi 30 millions de dollars dans le projet et la succursale principale actuelle de la Bibliothèque publique d’Ottawa a été vendue; son bail expire en 2026, soit la date prévue pour l’ouverture d’Ādisōke.

Précisément, la Ville d'Ottawa devra débourser 168 millions de dollars pour le projet, une hausse de 64 millions de dollars. Le gouvernement fédéral devra payer 65 M$ de plus que ce qui était prévu pour les infrastructures de BAC.

Un croquis de la future bibliothèque centrale d'Ottawa.

L'architecture proposée de la nouvelle bibliothèque centrale d'Ottawa.

Photo : Ville d'Ottawa

Nous ne pouvons pas nous permettre d’abandonner ce projet, a soutenu le maire Jim Watson lorsqu’il a pris la parole avant le vote des membres du Comité.

« Suggérer qu'il s'agit d'un dépassement des coûts est inexact, cela coûte plus cher que ce qui avait été estimé, nous le reconnaissons, mais on nous a expliqué les raisons pour lesquelles cela s’est produit. »

— Une citation de  Jim Watson, maire d'Ottawa

Bien sûr, l'économie d'Ottawa est en pleine ébullition, le taux d'emploi est bas. Tout retard, changement d'emplacement ou autre n'entraînera qu'un coût encore plus élevé pour ce projet, poursuit le maire. Cela reste un investissement important, mais nécessaire pour notre avenir et celui des enfants et petits-enfants de nos résidents.

Avec des informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !