•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Stacy DeBungee : la police provinciale entame sa propre enquête

Stacy DeBungee face à la caméra.

Une nouvelle enquête sur la mort de Stacy DeBungee est en cours.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) entame sa propre enquête indépendante sur la mort de Stacy DeBungee, à la suite de la demande du ministère de la Solliciteure générale.

Dès mardi, une équipe de la direction des enquêtes criminelles de la PPO se rendra sur les lieux du drame dans l’espoir de pouvoir trouver de nouvelles preuves ou de nouvelles pistes.

Le corps de M. DeBungee a été trouvé en octobre 2015 dans la rivière McIntyre de Thunder Bay. Peu de temps après, le Service de police de Thunder Bay (SPTB) a déterminé que la mort n’était pas criminelle.

Estimant que la police n’avait pas suffisamment enquêté sur la mort du défunt, sa famille a déposé une plainte auprès du Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP).

Par la suite, cet organisme indépendant de surveillance civile a produit un rapport accablant et notamment cité plusieurs indices importants dans l’enquête, qui ont été ignorés ou négligés par le SPTB.

D’ailleurs, trois policiers font face à des allégations de manquement au devoir, ainsi que des allégations de conduite déshonorante relativement à ce dossier. Les audiences disciplinaires sont prévues pour 2022.

Un nouveau départ

Nous entamons cette enquête avec un regard neuf, c’est un nouveau départ, affirme Bill Dickson, le chef intérimaire des relations avec les médias pour la PPO.

« Nous n’avons pas d’idées préconçues sur les circonstances de la mort de M. DeBungee. Nous allons suivre les pistes et voir où elles nous mènent. »

— Une citation de  Bill Dickson, le chef intérimaire des relations avec les médias pour la PPO

Selon M. Dickson, l’équipe assignée au dossier compte parler à tous ceux qui pourraient avoir des informations, que ce soit de nouveaux témoins ou des individus qui ont déjà partagé les informations avec le SPTB en 2015.

Le porte-parole de la PPO espère que cette nouvelle enquête encouragera ceux qui n’ont pas encore partagé d’informations auprès de la police à le faire. Nous voulons parler à tous ceux qui le connaissaient et à tous ceux qui ont passé du temps avec lui dans les derniers jours de sa vie.

La cheffe du SPTB, Sylvie Hauth, a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada.

Loin d'être un cas isolé

Le rapport de la BDIEP de 2018, intitulé Une confiance trahie, recommandait également de nouvelles enquêtes sur la mort de neuf autres Autochtones de Thunder Bay.

Les portraits de 10 personnes avec leurs noms en dessous. On peut y lire Marie Spence, Arron Loon, Stacy Debungee, Sarah Moonias, Shania Bob, Curran Strang, Jethro Anderson, Christina Gliddy, Jordan Wabasse, Kyle Morriseau.

Les familles de ces 10 Autochtones, dont le décès fait l'objet d'une enquête par une unité mixte du Service de police de Thunder Bay, demandent plus de transparence.

Photo : Avec l'autorisation de Falconer LLP

Ces nouvelles enquêtes sont maintenant terminées, mais le rapport final n'est pas encore disponible en raison de retards causés par la COVID-19.

L'équipe qui a mené ces nouvelles enquêtes n'a pas encore rencontré toutes les familles des victimes, et cette étape est nécessaire avant que le rapport final soit publié, fait savoir Stephanie Rea, une porte-parole du ministère de la Solliciteure générale.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !