•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courte comparution du père de l’enfant enlevé à Sainte-Paule

Le palais de justice de Rimouski.

L'homme a brièvement comparu au palais de justice de Rimouski, mardi matin.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Le père qui aurait enlevé son enfant en septembre dernier à Sainte-Paule n'aura finalement pas à subir une évaluation de son état mental.

L’accusé a refusé de se présenter à la rencontre virtuelle planifiée avec l’Institut Philippe-Pinel afin d’évaluer sa capacité à subir un procès. Lors d’une comparution antérieure, le juge Jules Berthelot avait ordonné qu’une telle évaluation soit réalisée en vertu de l'article 672.11 a) du Code criminel.

Puisque l'accusé a refusé de coopérer, le procureur de la Direction des poursuites criminelles et pénales (Directeur des poursuites criminelles et pénales) a demandé au juge de considérer que l’individu était apte à subir un procès.

L’avocate de l’accusé, Me Nina-Anne Tremblay, s’est dite d’accord avec la Couronne et a indiqué qu’elle n’avait aucun doute sur les capacités de l’homme à suivre les procédures en cours contre lui.

Le juge a donc annulé son ordonnance et a fixé le retour en cour de l’accusé le jeudi 28 octobre 9 h 30 à Matane pour l’enquête sur remise en liberté. Le témoignage de l’enquêteur au dossier devrait alors être entendu.

Une dizaine d'accusations

L’homme à l’origine de la plus longue alerte Amber du Québec fait face à une dizaine d’accusations, dont celle d'avoir tenté de causer la mort des agents de la paix et d'avoir séquestré, emprisonné ou saisi de force une autre personne.

Le père de famille est aussi accusé d’avoir volé deux armes à feu et d’avoir été en possession d'armes prohibées, alors que ça lui était déjà interdit par la cour.

Un homme, dont le visage est flouté, débarque d'un fourgon cellulaire.

Le père du jeune bambin, enlevé au début septembre, à Sainte-Paule, a refusé par deux fois de comparaître en cour. (archives)

Photo : Radio-Canada

Depuis le début des procédures, l’homme de 36 ans a refusé par deux fois de se présenter devant le tribunal. Un avocat lui a été assigné. L’homme, qui a remercié un premier procureur, n'en voulait pas.

C’est aussi le tribunal qui a déterminé que l’individu allait subir un procès devant juge et jury puisque l’homme refusait de trancher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !