•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 M$ pour la recherche sur le traitement des résidus de Rio Tinto

Des employés écoutent la conférence de presse dans l'usine de Rio Tinto à Arvida.

Des travailleurs ont assisté à l'annonce du financement de la recherche pour améliorer le traitement des résidus de Rio Tinto.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Le géant de l’aluminium renouvelle un partenariat de recherche avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) pour trouver des façons d’améliorer le traitement de la bauxite et des résidus.

« L’innovation, ça se fait dans un esprit ouvert de collaboration avec des experts et le Centre universitaire de recherche sur l’aluminium en est un bel exemple. […] La valorisation des résidus est une priorité pour nous. »

— Une citation de  Josette Ross, directrice du Centre de recherche et développement Arvida pour Rio Tinto

La collaboration entre Rio Tinto et l’UQAC dure depuis plus de 20 ans et se poursuivra jusqu’en 2023 grâce à un investissement de l'entreprise.

La gestionnaire dans l'usine durant l'annonce.

La directrice du Centre de recherche et de développement Arvida, Josette Ross, a annoncé des investissements de la part de Rio Tinto.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Le procédé de fabrication de l’alumine et la valorisation des sous-produits sont essentiels à la production d’aluminium à faible teneur en carbone au Québec. Notre partenariat permet à la fois d’améliorer continuellement nos techniques et nos équipements utilisés dans ce procédé et de former la prochaine génération de chercheurs, mentionne la directrice Josette Ross.

Pour l’UQAC, cette entente renouvelée permet à l’établissement de se démarquer dans le domaine de la recherche sur l'aluminium.

Un tel partenariat garantit une certaine stabilité dans le développement de notre recherche sur l’aluminium et contribue à maintenir les infrastructures de recherche et des laboratoires équipés à la fine pointe de la technologie, ajoute le vice-recteur à la recherche, à la création et à l’innovation, Mohamed Bouazara.

L’enveloppe de 2 millions de dollars sera répartie sur 3 ans.

Avec la collaboration de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !