•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps froid : le retour du sport amateur en salle en pleine pandémie pose des défis

Des jeunes jouent au basketball.

Bien que le masque ne soit pas requis à proprement parler, le Dr Nazeem Muhajarine recommande de prendre cette décision au cas par cas.

Photo : getty images/istockphoto / FatCamera

Radio-Canada

En raison de la baisse du mercure, les activités sportives de jeunes athlètes de la province devront bientôt se dérouler à l’intérieur. Un tel contexte, plus propice à la contagion, nuit à la saison et force les organisateurs à redoubler d'efforts afin de composer avec la pandémie.

À titre d'exemple, certaines ligues ne sont pas en mesure de fonctionner. C’est le cas de la Regina Community Basketball Association, dont la saison 2021-2022 est terminée avant même d'avoir commencé.

L'organisation n'aura pas accès aux gymnases des écoles en novembre et en décembre en raison de la situation actuelle de la COVID-19, selon son site web. En attendant, elle propose un défi de basket-ball virtuel.

Selon les règles en vigueur, les athlètes de moins de 18 ans ne sont pas contraints de porter un masque dans les centres sportifs à l’intérieur. Cependant, le port du masque est toujours requis en sortant du terrain, en entrant ou en sortant du centre lui-même ainsi que pour les spectateurs.

Nous étions contents que les choses reprennent leur cours, même si je sais que les chiffres de la COVID-19 ne sont pas encourageants a dit le directeur général de Futbol Club Regina (FC Regina), TJ Singh.

M. Singh explique qu’il est important que les enfants poursuivent les activités.

Je trouve que le fait d’offrir des activités sportives et de permettre aux enfants de jouer pendant ces périodes, c’est important pour leur santé mentale.

Selon l’épidémiologiste de l'Université de la Saskatchewan Nazeem Muhajarine, avant que les parents ne laissent leurs enfants participer à des rencontres sportives, ils devraient examiner quelques paramètres : l’ampleur de la contamination dans la ville où se déroule l'activité, le taux de vaccination ainsi que les lieux où se pratique le sport.

Une petite salle avec des plafonds bas où l’air circule difficilement peut présenter plus de risques que des endroits très grands disposant de bons systèmes de ventilation, dit le Dr Muhajarine.

Poursuivre avec le port du masque

Bien que le port du masque ne soit pas obligatoire pour les jeunes de moins de 18 ans sur le terrain, le Dr Muhajarine recommande de prendre cette décision au cas par cas.

L’administratrice de l'Association mineure de basketball de Saskatoon, Shana Mclean, évoque un mélange des deux pour décrire la première partie de sa saison, disputée la semaine du 11 octobre. Certains enfants le portent, d'autres pas. Je pense que tous les participants étaient surtout vraiment heureux de recommencer à pratiquer leur sport.

Selon une ordonnance de la santé publique, la preuve vaccinale ou les tests négatifs ne sont pas nécessaires durant les manifestations sportives amateurs, mais ces règlements sont susceptibles de changer d'une municipalité à l'autre, en fonction des décisions prises par ces dernières. Or la situation la pandémique en Saskatchewan fait croire au Dr Muhajarine qu'il vaudrait mieux appliquer une politique uniforme à travers la province.

Avec les informations de Theresa Kliem

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !