•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat jeunesse : quels sont les enjeux qui préoccupent les jeunes de Gatineau?

Le débat jeunesse qui aura lieu en novembre permettra aux jeunes de faire un choix éclairé lors de la simulation électorale.

Illustration.

Les enjeux des jeunes électeurs de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Marc Chartrand

Radio-Canada

Souvent éclipsés par d'autres questions durant la campagne électorale, les enjeux qui préoccupent les jeunes font rarement les manchettes. Le 1er novembre, toutefois, elles seront au cœur d’un débat organisé par et pour des jeunes, à l’École secondaire Grande-Rivière.

Cinq candidats à la mairie de Gatineau sur six ont d’ores et déjà confirmé leur présence aux échanges qui se dérouleront à l’heure du midi, entre 12 h 35 et 13 h 20. Abdelhak Lekbabi, sixième et dernière personne à avoir déposé sa candidature à la mairie, n'a pas encore indiqué s'il sera présent ou pas.

Le débat aura lieu dans un local fermé en présence d’une soixantaine de spectateurs, mais sera rediffusé en direct à l’agora de l’école pour qu’un plus grand nombre d’élèves puissent assister à la joute oratoire.

Les six candidats à la mairie de Gatineau : deux femmes et quatre hommes.

Cinq candidats à la mairie sur six participeront au débat jeunesse organisé par des élèves de l'École secondaire Grande-Rivière, le 1er novembre prochain. De gauche à droite et de haut en bas : Maude Marquis-Bissonnette, France Bélisle, Jean-François LeBlanc, Rémi Bergeron, Jacques Lemay et Abdelhak Lekbabi.

Photo : Radio-Canada

Quels enjeux municipaux préoccupent les jeunes de Gatineau?

Le 8 juin, la Ville de Gatineau a adopté la toute première Stratégie municipale d’action jeunesse (Nouvelle fenêtre), un document dans lequel les jeunes ont établi leurs priorités en matière de développement municipal.

En adoptant cette stratégie, le conseil municipal reconnaît que les jeunes ont leur mot à dire dans les discussions et les décisions municipales qui les concernent.

Cette stratégie est basée sur les résultats d’une grande consultation publique menée auprès des jeunes, en décembre 2019, lors du Sommet jeunesse.

Cette consultation est hyper importante, parce qu’elle a réussi à dégager les priorités et les thèmes qui ont de l’importance pour les jeunes gatinois de 12 à 17 ans.

Ces enjeux, les voici :

Transport actif et collectif

Un autobus de la STO devant le Parlement canadien, à Ottawa.

Un autobus de la STO devant le Parlement canadien, à Ottawa

Photo : Radio-Canada

Les adolescents utilisent les transports en commun, mais déplorent que les trajets soient peu développés les fins de semaine et à certains secteurs comme à Masson-Angers et à Aylmer. Les tarifs sont trop élevés pour leurs faibles moyens, les trajets ne sont pas bien arrimés aux activités et infrastructures de la Ville, et l’accès aux lignes d’autobus demeure parfois un casse-tête.

Les jeunes recherchent plus d’autonomie en se déplaçant entre autres à vélo, mais il n’y a pas assez de supports à travers la ville, les pistes cyclables ne sont pas toutes reliées et, l’hiver, elles ne sont pas déneigées.


L’environnement

Une boîte bleue.

La gestion des déchets et du recyclage n'est pas optimale, selon les jeunes de Gatineau.

Photo : iStock / Radio-Canada

Les jeunes, plus que n’importe quel autre groupe d’âge, comprennent l’importance de protéger l’environnement. Malheureusement, ils constatent que le service de compostage et de recyclage de la Ville n’est pas toujours efficace. La réglementation entourant la gestion des déchets leur paraît peu développée et surtout peu appliquée. De plus, disent-ils, les commerces semblent peu mobilisés par la chose environnementale.

En même temps, les jeunes comprennent qu’ils sont eux-mêmes de grands surconsommateurs et qu’ils ont un rôle à jouer dans la protection de l’environnement. Ils s'engageraient davantage à faire leur part si la Ville les impliquait dans les décisions se rapportant à l’environnement.


Aménagement des parcs et des lieux publics

Un jeu dans un parc.

Les adolescents de Gatineau aimeraient des parcs qui incluent des sections destinées aux jeunes de 12 à 17 ans, pas seulement aux enfants.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Les ados aiment qu’il y ait plusieurs lieux publics, comme des centres communautaires et des parcs dans les quartiers. Cependant, ils jugent que les lieux actuels ne répondent pas tout à fait à leurs besoins, en plus d’être peu attrayants. Les infrastructures sportives ne sont pas toujours accessibles, la programmation de certaines maisons de jeunes est déficiente et les activités dans les bibliothèques sont peu orientées vers les ados.

Pourquoi ne pas faire davantage participer les jeunes à l’élaboration de projets dans les lieux publics? Une idée à prendre en considération : ajouter une section ados dans une bibliothèque avec hamacs, coussins et couleur sur les murs. Ou bien, ajouter une zone non aménagée avec des arbres dans un parc pour que les ados puissent s’y retrouver.


La vie sociale, culturelle et active

Un jeune qui fait de la planche à roulettes.

Les adolescents aimeraient davantage de parcs de planche à roulettes à Gatineau.

Photo : iStock

Les jeunes bougent, s’amusent et font des rencontres lors d’activités planifiées à Gatineau, mais ils prétendent que les lieux des événements sont difficiles d’accès en autobus. À ce sujet, les jeunes trouvent aussi qu’il n’y a pas assez de promotion ni beaucoup d’idées autour des activités et des lieux récréatifs qui leur sont destinés.

La Ville devrait, selon eux, travailler étroitement avec les jeunes pour mettre sur pied une programmation culturelle et artistique destinée aux ados. Elle devrait aussi maximiser l’utilisation de ses installations et lieux publics pour les rendre multifonctionnels et inclusifs. La Ville a-t-elle déjà songé, par exemple, à établir un parc de planches à roulettes intérieur?


La santé mentale et le développement personnel

Une jeune femme se cache le visage avec ses mains assise sur un banc.

Les jeunes ressentent beaucoup de pression liée à la performance et plusieurs n’ont pas confiance en eux.

Photo : Shutterstock / Shutterstock

Les jeunes veulent avant tout se sentir bien dans leur peau et développer au maximum leur potentiel. Malheureusement, ils ressentent beaucoup de pression liée à la performance et plusieurs n’ont pas confiance en eux. De plus, disent-ils, les parents et les intervenants manquent de connaissances en santé mentale et ne sont pas toujours bien outillés pour soutenir les ados. 

La Ville, en collaboration avec les écoles et le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, devrait élargir et diversifier les appuis offerts aux ados pour leur développement personnel et leur santé mentale (intimidation, anxiété de performance, etc.). Pourquoi ne pas développer avec les jeunes une formation destinée aux adultes sur la meilleure façon de les accompagner?

Un crayon trace une croix sur un bulletin de vote.

Les personnes âgées en résidence pourront voter par correspondance aux élections municipales.

Photo : iStock

Un débat qui aidera les jeunes à faire un choix éclairé

Le débat jeunesse, organisé avec la collaboration de C'est parti, je vote!, permettra aux adolescents gatinois de questionner les candidats sur les enjeux qui leur tiennent à cœur et d’entendre leurs propos directement, sans modification ni filtrage.

Les jeunes seront ensuite appelés à choisir la personne ayant posé sa candidature qui serait, selon eux, la meilleure au poste de maire, lors d’une simulation électorale se tenant du 25 octobre au 5 novembre dans les écoles secondaires de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !