•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat : le bilan environnemental de l’administration Labeaume critiqué

La Ville de Québec a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 0,6 % depuis 2010.

Les candidats sont assis chacun à un siège et participent à un débat.

Les candidats à la mairie de Québec ont débattu lundi soir des enjeux environnementaux.

Photo : Radio-Canada

Marie-Josée Savard, la dauphine du maire sortant, demande aux citoyens d'être patients pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES). Trop peu trop tard, répondent les autres candidats à la mairie.

Le bilan en matière de réduction des GES de l'administration Labeaume est peu reluisant. La Ville de Québec a réduit ses GES de 0,6 % depuis 2010.

Lundi soir, cinq candidats à la mairie débattaient des enjeux liés à l'environnement. Plus de 500 personnes ont suivi les échanges à distance ou en personne au Musée de la civilisation. L'exercice a permis de présenter les engagements de chaque parti.

Alexandre Gajevic Sayegh en entrevue au Téléjournal Québec par Skype.

Élections municipales et environnement

Photo : Radio-Canada

Ne serait-ce qu'en raison de l'enjeu de la mobilité, l'environnement est au cœur de la présente campagne.

La cheffe d'Équipe Marie-Josée Savard reconnaît que les résultats ne sont pas encore tout à fait à la hauteur des attentes. Elle indique toutefois que les mesures mises en place dans les dernières années finiront par permettre à la Ville de réduire de 45 % l'émission de GES.

La stratégie de développement durable annoncée dans la dernière année, la mise en service l'an prochain de l'usine de biométhanisation et l'arrivée du tramway devraient accélérer la cadence. Ce sont des actions qui prennent plus de temps à mettre en place, explique Marie-Josée Savard. Je pense qu'il faut être patient un petit peu.

« Du réchauffé »

Le chef de Québec forte fière estime plutôt que la Ville de Québec a pris du retard en matière d'environnement. Il n'y a pas de résultats, fait valoir Bruno Marchand. Il reconnaît que l'administration Labeaume a posé des gestes allant dans la bonne direction, mais il croit que l'administration manque de volonté pour reprendre le temps perdu.

Les changements climatiques, ça suppose de l'ambition et ça suppose une volonté politique ferme, affirme l'aspirant à la mairie.

« Ce porteur de ballon là, il est brûlé. Ce porteur de ballon va faire que du réchauffé. C'est ça, sa proposition. »

— Une citation de  Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière
Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Bruno Marchand a surpris par son ton plus ferme durant le débat. Selon un sondageLe Soleil/FM 93/Navigator publié la semaine dernière, Québec forte et fière se retrouve au troisième rang dans la course à la mairie avec 12 % des intentions de vote.

Le chef refuse de dire s'il y a eu un changement dans la stratégie du parti, mais il indique qu'il y a une volonté claire de dire aux gens que nous sommes les meilleurs porteurs de ballon pour la suite, explique-t-il.

Le leadership de l'administration Labeaume questionné

Le chef de Démocratie Québec est agacé par l'insistance avec laquelle Bruno Marchand répète qu'il est le meilleur leader pour faire avancer les dossiers à l'hôtel de ville. Parler de leadership pour parler de leadership, c'est un slogan, ça devient creux, laisse tomber Jean Rousseau.

Jean Rousseau écorche du même souffle le bilan de l'administration Labeaume qui, à son avis, ne consulte pas suffisamment la population et n'établit pas d'objectifs clairs pour lutter contre les changements climatiques. Il est temps de passer à l'action, dit-il.

« Combien de temps on doit être patient devant l'inaction et au refus d'agir? Ça fait 14 ans qu'ils disent ça. »

— Une citation de  Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec

La candidate de Transition Québec semble avoir ravi la foule lors du débat. Ses positions contre le 3e lien ou contre le projet Laurentia ont provoqué quelques applaudissements. Jackie Smith n'est pas surprise de ces appuis.

Selon elle, son parti est très près des luttes citoyennes. Nos idées sont partagées partout dans la Ville, affirme Mme Smith. Les gens nous disent, enfin un parti politique dont les idées sont basées sur les vraies préoccupations citoyennes.

Gosselin invite Marchand à changer d'avis, sans succès

À plusieurs reprises durant le débat, les échanges ont tourné autour du projet de réseau structurant. Les adversaires de Marie-Josée Savard ont dénoncé l'absence de consensus et d'acceptabilité pour le projet de tramway.

Québec forte et fière et Démocratie Québec veulent mettre en place le plus tôt possible les comités de bon voisinage promis par l'administration sortante pour reprendre le dialogue avec les citoyens.

Débat des candidats à la mairie de Québec sur le thème de l'environnement

Débat des candidats à la mairie de Québec sur le thème de l'environnement

Photo : Radio-Canada

L'objectif n'est pas de pousser dans la gorge le tramway aux gens, a expliqué Mme Savard en soulignant que le projet est plutôt une option qui permet de se déplacer autrement à Québec.

Ce à quoi le chef de Démocratie Québec a répliqué que si l'objectif n'est pas de l'enfoncer dans la gorge, disons qu'il passe mal à certains endroits, en raison d'un manque de transparence de l'administration en place, plaide Jean Rousseau.

Québec 21 répète que son projet de métro léger va régler tous les désavantages liés au tramway. Pas d'expropriation, pas de coupe d'arbres et pas pollution visuelle.

Le chef Jean-François Gosselin a réussi à faire rire l'auditoire en invitant Bruno Marchand, le chef de Québec forte et fière, à changer son fusil d'épaule pour appuyer le métro léger.

Monsieur Marchand, vous avez changé d'avis quelques fois depuis le début de la campagne quand vous n'avez pas repris les idées de Mme Savard ou les nôtres. Monsieur Marchand, changez d'idée et appuyez notre projet. On va sauver des arbres ensemble.

Bruno Marchand a refusé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !