•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 morts à la Villa Renaissance de Dalhousie; des familles sont inquiètes

Affiche Villa Renaissance.

Un éclosion de COVID-19 a été déclarée à la Villa Renaissance de Dalhousie.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

La COVID-19 s’est sournoisement invitée à la Villa Renaissance de Dalhousie ces dernières semaines. L’éclosion a fait grimper le nombre de morts à cinq, dont quatre résidents et un employé.

Le porte-parole du ministère de la Santé Bruce MacFarlane a confirmé lundi ces cinq décès . Selon la direction de l'établissement, il y a maintenant 14 cas de COVID-19 confirmés à cette résidence, soit sept résidents et sept employés. L’éclosion a été déclarée le 12 octobre et une autre ronde de dépistage a été faite lundi.

Le président de l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, Michael Keating assure que les résidents ont été placés dans des ailes séparées selon leurs premiers résultats aux tests de dépistage, mais il reste inquiet.

On a peur, car ça a rentré vite, confie-til en entrevue à l'émission La matinale. On a pris des mesure, mais on ne sait jamais. On est toujours nerveux en attendant les résultats.

Des proches inquiets

J’ai beaucoup de peine, dit Joanne Bélanger-Landry, qui a travaillé pendant une trentaine d’années dans ce foyer de soins.

C’est comme nos petites mémères, nos petits pépères. On s’attache à eux autres. Quand ils décèdent, ça nous fait très de peine. J’ai braillé à plusieurs reprises pour beaucoup de patients. Puis, les travaillants, veux veut pas, c’est une deuxième famille, ajoute-t-elle.

Les familles qui ont des êtres chers à l’intérieur de la Villa Renaissance vivent des moments très difficiles ces derniers temps.

C’est le cas des proches de Lionel Giroux, âgé de 81 ans. C’est vraiment dur sur nous autres, déclare sa fille Gisèle Giroux.

Gisèle Giroux.

Gisèle Giroux.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Je vais tous les soirs avec mon frère puis ma mère à la vitre. On essaye d’y parler à travers la fenêtre. Ce n’est pas comique. Il comprend, il ne comprend pas, raconte-t-elle.

La famille de Lionel Giroux ne peut pas entrer à l’intérieur du foyer de soins pour lui rendre visite. Gisèle Giroux trouve cette situation difficile.

Même constat pour la famille de Mariette Labillois, une résidente âgé de 87 ans. Pour nous, je vais te dire que ç’a été un cauchemar, dit sa fille, Évelyne Valotaire.

Je dors toujours avec le téléphone à côté de mon lit et toutes les minutes je m’attends que le téléphone va sonner pour me dire que peut-être maman est positive ou que quelque chose est arrivé. Ce n’est vraiment pas facile parce que nos parents on les aime, ajoute-t-elle.

Un employé qui a laissé sa marque

L’employé décédé ces derniers jours laisse un souvenir impérissable à ceux qui l’ont connu.

C’était un gros morceau, affirme Gisèle Giroux. Terriblement bon pour les patients.

« J’ai travaillé une bonne quinzaine d’années avec cette personne-là, puis c’était un cœur. On l’adorait. »

— Une citation de  Joanne Bélanger-Landry, ex-employée de la Villa Renaissance à Dalhousie.
Joanne Bélanger-Landry.

Joanne Bélanger-Landry.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les résidents qui ont des résultats de test négatifs ont été placés dans une aile séparée de ceux qui ont des résultats positifs.

Pour pallier l’absence des employés infectés, le foyer bénéficie d’une aide-externe, notamment, du programme extramural de la province.

Selon Michael Keating, 90 % des employés de la Villa Renaissance étaient vaccinés.

Avec des informations de Serge Bouchard, de l'émission La matinale et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !