•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Norway House appelle à l’aide tandis que les cas de COVID-19 augmentent toujours

Une pancarte routière dans le noir indique les communautés de Norway House et de Cross Lake. Sous ces indications, une autre pancarte précise que la Première Nation de Cross Lake est en fermeture d’urgence.

Pour lutter contre la COVID-19, la communauté de Norway House s'est mise en confinement.

Photo : CBC / Bartley Kives

Radio-Canada

Le chef de la Première Nation de Norway House demande aux gouvernements fédéral et provincial de venir en aide à sa communauté qui fait face à une éclosion de cas de COVID-19.

La Première Nation comptait 109 cas actifs samedi et, malgré des efforts pour contenir l’éclosion, elle a besoin de plus d’aide, a déclaré le chef de Norway House, Larson Anderson, dans un communiqué lundi.

Nous avons besoin d'une équipe qui viendra aider pour le traçage des cas contacts et faire des tests. Nos équipes sont épuisées, a-t-il affirmé.

La communauté a déjà mis des mesures en place, telles que la fermeture de l’école ou encore l'imposition d'un confinement général. Mais le problème est la surpopulation dans les maisons.

12 cas dans une maison de 15 personnes

Par exemple, 12 cas positifs de COVID-19 ont été détectés dans une maison où 15 personnes habitaient, selon le chef.

L’hôtel local est utilisé comme centre d’isolement, tandis que des membres de la communauté ayant des problèmes de santé sont dans un autre centre à Winnipeg. Or, l’hôtel comme le centre de Winnipeg sont pleins.

Nous avons réussi à prendre soin de nous avec notre propre personnel infirmier et notre propre équipe de tests. Nous avons installé une équipe de tests mobile ainsi qu'une équipe de surveillance. Cependant, il arrive un moment où nous avons juste besoin d'un appui de l'extérieur, a ajouté Larson Anderson.

Le chef doit rencontrer le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, ainsi que la Dre Marcia Anderson, qui travaille pour l’équipe de coordination de la réponse à la pandémie de COVID-19 des Premières Nations du Manitoba.

Il souhaite que sa communauté soit mise en code rouge, soit le niveau critique du système provincial de réponse à la pandémie.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !