•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sénatrice du Manitoba démissionne du Groupe des sénateurs indépendants

La sénatrice Marilou McPhedran est photographiée dans une pièce avec un escalier, un ascenseur et un tapis rouge.

La sénatrice Marilou McPhedran a démissionné le 18 octobre 2021 du Groupe des sénateurs indépendants instauré par Justin Trudeau.

Photo : Radio-Canada / Chris Rands

Radio-Canada

Une sénatrice du Manitoba a démissionné du plus grand groupe parlementaire de la Chambre haute, lundi, avant qu'une audition n’ait lieu pour envisager de l’expulser.

La sénatrice Marilou McPhedran a démissionné du Groupe des sénateurs indépendants (GSI) parce qu’elle ne pensait pas qu’elle bénéficierait d’une audition équitable.

Marilou McPhedran a déclaré dans sa lettre de démission au secrétariat du GSI que l’audience semble prédéterminer une issue négative pour moi.

Dans Twitter, elle affirme qu’elle pourra ainsi mieux consacrer son temps et son énergie aux questions qui comptent vraiment, comme celles pour abaisser l’âge du droit de vote à 16 ans au niveau fédéral et la modernisation et la transparence du Sénat en tant qu’institution.

Une audience pour envisager son expulsion a été organisée après qu’elle eut envoyé un courriel à tous les sénateurs, en septembre, demandant comment le code d’éthique de la Chambre était appliqué.

Elle estimait que le sénateur ontarien Sarabjit Marwah avait violé le code d’éthique en faisant un travail rémunéré de consultation pour le ministère fédéral des Finances. Ce dernier a expliqué qu'il avait reçu un dollar symbolique pour ce travail, qui avait été autorisé par le Commissaire à l’éthique. Mme McPhedran s’est par la suite excusée au sénateur.

Le sénateur Yuen Pau Woo, facilitateur du Groupe des sénateurs indépendants, a déclaré que Mme McPhedran s’était vu offrir la possibilité de se défendre lors d’une audience juste et impartiale.

La charte du GSI permet l’expulsion de tout membre qui n’a pas fait preuve d’un comportement décent et respectueux et qui n’a pas travaillé à renforcer et à améliorer le Sénat et la confiance du public.

Le groupe peut exclure un membre si 60 % des votes ont été exprimés en faveur de l’expulsion, selon la charte.

Marilou McPhedran prévoit de rester au Sénat en tant que sénatrice indépendante non affiliée et dit qu’elle ressent un soulagement et un sentiment d’optimisme après avoir quitté le groupe.

Elle perd toutefois le financement de recherche accordé à ceux qui font partie d’un groupe sénatorial.

Le premier ministre Justin Trudeau avait nommé cette avocate et militante pour les droits de la personne au Sénat en 2016.

M. Trudeau a retiré les sénateurs libéraux de son caucus en 2014 et, depuis qu’il est devenu premier ministre, il a nommé des membres non partisans et indépendants au Sénat.

Le Groupe des sénateurs indépendants compte maintenant 43 membres parmi les 105 sénateurs.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !