•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-Marc Belzile souhaite faciliter le développement économique et réduire la dette

Jean-Marc Belzile en point de presse dans un parc.

Jean-Marc Belzile a fait part de ses engagements en matière de développement économique au parc Chadbourne.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Le candidat à la mairie de Rouyn-Noranda Jean-Marc Belzile souhaite donner une voie rapide aux entrepreneurs avec des projets prioritaires, stabiliser la dette de la ville et développer un portfolio de projets.

Lundi après-midi, Jean-Marc Belzile a présenté ses engagements pour le développement économique à Rouyn-Noranda.

Il souhaite que les entreprises qui présentent des projets de plus de 2 millions de dollars ou qui répondent à un besoin urgent, comme les CPE et les logements, aient accès à une voie rapide qui leur évite les délais administratifs.

D’éviter que des entreprises qui ont le choix décident de s’installer ailleurs. On peut leur faciliter la tâche pour leur dire ici, c’est fini la lourdeur administrative, vous serez les bienvenus, indique Jean-Marc Belzile.

Le candidat précise que ces entrepreneurs devront s’engager à respecter toutes les règles, et que ceux qui y contreviennent doivent payer des amendes salées.

Quand je parle d’amendes salées, on ne parle pas de 10 000 $. Ça va être des amendes qui vont vraiment faire en sorte que les gens n’auront pas intérêt à ne pas respecter les règles, donc ça, il faut que ce soit clair, c’est un montant que l’on va déterminer avec le conseil, affirme-t-il. Si l'amende est simplement de 10 000 $ pour un projet de 2 millions, les gens ne vont pas respecter les règles. Donc il faut que ce soit assez sévère.

Jean-Marc Belzile souhaite aussi stabiliser la dette de la ville ainsi que la rendre publique. Elle a atteint 136 millions de dollars en 2020. Il souligne que depuis quelques années, la dette augmente constamment.

Les gens veulent des projets. On n’arrête pas de m’en parler, on souhaite réaliser une tonne de projets, mais on n'aura plus d’argent pour le faire. Donc il faut vraiment s’y attaquer rapidement et je crains que si on ne le fait pas dans les quatre à huit prochaines années, il va être trop tard et on va être pris avec cette dette-là pour les générations futures, dit-il.

Le candidat aimerait aussi créer un portfolio de projets, mentionnant en exemple le complexe multisport, que la Ville aura en banque dès qu'une subvention deviendra disponible.

Souvent, ça fonctionne comme ça. Il y a des élections qui s’en viennent, il y a des opportunités qui s'ouvrent, les gouvernements veulent faire des annonces, donc il faut qu’on ait les projets qui soient prêts. Il ne faut pas attendre que l’enveloppe soit ouverte et que toutes les municipalités aient appliqué, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !