•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’assassin de la Torontoise Stefanie Rengel restera en détention

David Bagshaw représente toujours un danger selon la Commission des libérations conditionnelles.

Portrait de David Bagshaw

David Bagshaw a échoué dans sa tentative d'obtenir une libération conditionnelle partielle ou complète.

Photo : La Presse canadienne

La Commission des libérations conditionnelles du Canada refuse de libérer sous conditions le meurtrier David Bagshaw, qui a tué la jeune Stefanie Rengel le 1er janvier 2008 à Toronto.

Accusé de meurtre prémédité, l'assassin, qui avait 17 ans à l'époque, avait avoué qu'il avait poignardé l'adolescente de 14 ans sur l'ordre de sa complice Melissa Todorovic en échange de faveurs sexuelles.

Dans sa décision de sept pages, la Commission explique que les progrès que l'assassin a accomplis en détention ne sont pas suffisants pour le relâcher, même partiellement, dans la communauté.

Elle soutient que l'individu est un contrevenant qui montre de grands besoins et qu'il représente toujours un risque excessif pour la sécurité du public en matière de récidive.

La requête de David Bagshaw a été entendue le 4 octobre dans un pénitencier de Kingston, mais la Commission n'a rendu publiques ses raisons que lundi.

Portrait de l'adolescente.

Stefanie Rengel avait été attirée à l'extérieur du domicile de ses parents le soir du Nouvel An 2008 par un appel téléphonique de David Bagshaw.

Photo : Service de police de Toronto

La Commission fait valoir dans sa décision que le meurtrier de 31 ans n'a pas un parcours sans taches au sein de son établissement carcéral. Elle relève qu'il a eu une relation inappropriée avec un membre du personnel et qu'il y a commis une agression violente contre un codétenu.

Elle affirme que David Bagshaw n'arrive toujours pas à bien contrôler ses émotions, comme la colère, malgré des progrès dans ce domaine.

La Commission ajoute qu'elle a aussi tenu compte de l'impact que le crime a eu sur la mère de Stefanie Rengel, qui s'était opposée à la libération conditionnelle de l'assassin.

Patricia Hung avait notamment dit aux deux commissaires lors de l'audience qu'elle n'arrivait pas à surmonter son deuil près de 14 ans après le meurtre.

Stefanie Rengel avait été poignardée sur le trottoir la nuit du Nouvel An et son corps avait été abandonné dans un banc de neige près de chez elle.

Le meurtre avait défrayé la chronique et attristé la métropole, notamment parce que les parents de la jeune fille travaillaient à l'époque pour le Service de police de Toronto.

Melissa Todorovic a été condamnée pour le meurtre de Stefanie Rengel en 2008.

Melissa Todorovic avait demandé à son petit ami de l'époque, David Bagshaw, de tuer Stefanie Rengel, sa rivale qu'il avait fréquentée avant elle.

Photo : La Presse canadienne / CP

David Bagshaw, qui avait reçu une peine pour adulte, est admissible à la libération conditionnelle depuis 2019. Il devra attendre deux ans avant de soumettre une nouvelle requête devant la Commission.

Les commissaires ont notamment relevé dans leurs raisons le fait qu'il n'a encore aucun plan de sortie (au sujet de son hébergement et d'un éventuel travail) dans l'éventualité où il obtiendrait une libération conditionnelle.

La Cour d'appel de l'Ontario avait refusé en 2010 d'entendre l'appel de David Bagshaw.

Melissa Todorovic avait également été condamnée à une peine pour adulte de prison à vie. Elle avait perdu son appel en 2013.

Elle avait obtenu une libération conditionnelle en 2009, mais elle avait été aussitôt été incarcérée après avoir violé les termes de sa libération quelques semaines plus tard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !