•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits forestiers Résolu rompt le lien d’emploi de certains travailleurs

L'usine de papier journal de Produits forestiers Résolu à Baie-Comeau

L'usine de papier journal de Produits forestiers Résolu à Baie-Comeau (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

À Baie-Comeau, des employés de l’usine Produits forestiers Résolu (PFR) ont reçu une lettre de l’entreprise leur annonçant que leur lien d'emploi est officiellement rompu.

Une cinquantaine d’employés qui ont moins de 10 ans d’ancienneté perdent ainsi leur poste au sein de l’entreprise après 18 mois sans heures travaillées, confirme le syndicat. Il s’agit d’une clause comprise dans la convention collective renouvelée en 2018, avant la pandémie.

Les employés touchés perdent donc leur ancienneté et ne seront pas rappelés si les activités reprennent à l’usine de papier journal.

Le représentant national du syndicat Unifor, Martin Dugas ne se dit pas surpris puisque ça découle du contrat de travail. C'est tout simplement en vertu de la convention collective qui est en vigueur en ce moment, rappelle-t-il. Bien entendu qu'il y a des gens qui vont faire des choix personnels à partir de ce moment-là on s'entend. Quand le lien d'emploi est rompu, ils vont aller travailler ailleurs. Et ils peuvent prendre la décision de ne pas revenir dans l'éventualité où les opérations redémarreraient à la papetière de Baie-Comeau.

Les deux papetières d’Amos et de Baie-Comeau ont fermé leurs portes au printemps 2020, pour une durée indéterminée, à la fois en raison de la pandémie et d’une conjoncture défavorable sur le marché du bois.

Produits forestiers Résolu avait démenti en avril 2021 les informations selon lesquelles les usines d’Amos et de Baie-Comeau cesseraient définitivement leurs activités.

Par ailleurs, d’autres travailleurs de l’usine Résolu devraient vivre le même scénario en mars 2022 alors que se seront écoulés 24 mois sans heures au travail, tel que le prévoit le contrat de travail, si les activités ne reprennent pas.

Au moment d'écrire ces lignes, les responsables de l'usine de PFR à Baie-Comeau n'avaient pas répondu à nos demandent d'entrevues.

Avec les informations de Camille Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !