•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections à Percé : entre continuité et renouveau

L'hôtel de ville de Percé

L'hôtel de ville de Percé

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

La mairesse sortante, Cathy Poirier, souhaite obtenir un second mandat pour terminer la réalisation de son plan stratégique, tandis que son adversaire, Olivier Lafontaine, veut rapprocher la mairie des besoins des citoyens.

Même si les deux candidats partagent la même vision de certains enjeux, ils abordent leur rôle différemment. Je sais qu’il a des idées à lui, commente d’ailleurs Mme Poirier, mais je ne pense pas que nous sommes si étrangers dans nos appartenances. Je ne suis pas certaine que nous avons les mêmes chemins pour nous rendre à l’objectif.

La mairesse sortante Cathy Poirier voit l’échéance électorale comme un vote de confiance sur son premier mandat. La population sait ce que nous avons fait durant les quatre dernières années avec l’équipe en place, dit-elle.

Quatre ans c’est court, observe Cathy Poirier, quand il s’agit de développer de grands projets et de mettre en place les orientations de son plan stratégique dont l’horizon de réalisation est prévu pour 2024.

Elle veut donc poursuivre le travail amorcé. On est vraiment dans les grands chantiers comme le parc municipal de la rivière aux Émeraudes, l’espace de congrès, on veut aussi travailler la saison hivernale pour faciliter l'intégration des activités hivernales avec l'hébergement touristique, avec la restauration.

Pour elle, l'élection de 2021 est dans la suite de 2017. Il s’agissait, dit-elle, de sortir de l’impression que Percé est le cœur du village et de faire connaître davantage tous les autres secteurs de ce très grand territoire et développer des projets qui vont amener des apports financiers pour éventuellement réduire le fardeau fiscal et d’offrir davantage de services et de vie citoyenne.

La mairesse sortante Cathy Poirier dans son bureau à l'hôtel de ville de Percé.

Cathy Poirier sollicite un deuxième mandat afin de réaliser les projets entamés.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Un des moyens mis en place par les élus de Percé pour alléger la facture des contribuables a été la mise en place d’une redevance qui sera dorénavant perçue par les commerçants et hôteliers de Percé sur tous les achats de 20 $ effectués par les visiteurs.

Cette redevance devrait rapporter environ  1,5 million de dollars à la Ville. Ces nouveaux revenus devraient être investis dans l’entretien et le développement des infrastructures municipales.

Manque de logements

La pénurie de logements, le manque de main-d'œuvre, la conciliation entre la vie citoyenne et touristique ainsi que la rétention des résidents à long terme sont des enjeux au cœur de la campagne municipale de Percé.

La mairesse sortante de Percé est bien consciente de la crise qui touche sa ville. On a une cote d’amour très élevée, mais il n’y a plus de logements disponibles, constate Cathy Poirier.

Pénurie de logements et pénurie de main-d’œuvre sont des problèmes liés, ajoute-t-elle. Sous sa gouverne, la Municipalité a adopté un moratoire temporaire sur le développement de logements touristiques.

Le prochain pas, dit-elle, est de construire des logements pour les travailleurs saisonniers du secteur touristique. Des projets sont en cours avec la Société de développement touristique, indique Mme Poirier.

L’autre pas sera de développer du logement pour ceux qui veulent s’établir durablement à Percé, précise la mairesse sortante.

Plus proche des gens

Olivier Lafontaine est aussi préoccupé par l’urgence d’apporter des solutions à la pénurie de logements et au manque de main-d’œuvre. Travailleur autonome, horticulteur de profession, le jeune homme qui est établi à Percé depuis bientôt 10 ans estime qu’un maire doit d’abord être à l’écoute de ses concitoyens.

Olivier Lafontaine dehors devant le rocher Percé.

Olivier Lafontaine a fait le saut en politique aux dernières élections municipales en faisant campagne pour un poste de conseiller.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Il raconte qu’il souhaitait déjà se présenter à la mairie en 2017. Il a choisi à l’époque de se présenter comme conseiller dans le district 2 de Cap-d’Espoir. Même s’il a été défait, il considère que cette première expérience politique lui sera utile dans la course à la mairie.

Il vise les gens déçus par des promesses non tenues de la présente administration. M. Lafontaine estime que les citoyens de Percé manquent de services. On a des citoyens qui continuent à vivre avec la vague de touristes, fait-il valoir.

Cette absence de services lui paraît être particulièrement importante dans les secteurs anglophones de Percé. Dans le secteur de Barachois, dans le secteur anglophone les gens, dit-il, ne sont pas capables d’avoir des services en anglais.

Il dénonce ce manque de communication entre les citoyens et les élus : Les gens ne se sentent pas écoutés, ne sentent pas que leurs priorités sont prises au sérieux.

Il donne l’exemple des routes dont l'état est, à son avis, comparable à celui d'un mini-Bagdad.

Il juge qu’il a eu plusieurs manquements de la part de l’administration municipale dans des dossiers importants comme la recharge de plages ou dans l’aménagement pour la protection des berges. Dans ce dernier cas, les travaux lui paraissent insuffisants et incomplets pour protéger adéquatement le village.

Pour Olivier Lafontaine, ses qualités de gestionnaire qui a pu mettre à profit avec son expérience professionnelle ainsi que ses talents de communication comme son sens de l’équité et de la justice l’aideront à devenir un bon maire. Et je suis bilingue, précise le candidat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !