•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le service du train léger d’Ottawa pourrait reprendre partiellement au mois de novembre

L'état des lieux au lendemain du déraillement du 19 septembre.

Ce retour en service est conditionnel à la finalisation d’un programme d’inspection intensive du parc de véhicules par le GTR.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le Groupe de transport Rideau (GTR) propose de rétablir partiellement le service du train léger sur la Ligne de la Confédération à compter du 1er novembre, selon une note de service du directeur général de la Ville d'Ottawa.

Dans cette note de Steve Kanellakos, à l'attention du conseil municipal, il est indiqué que le GTR propose d'effectuer la reprise partielle du service sur la Ligne de la Confédération grâce à sept trains et à un train supplémentaire.

La date proposée par le GTR pour cette remise en service est conditionnelle à l’achèvement par ce dernier d’un programme d’inspection intensif du parc de véhicules, est-il écrit dans la note.

« En se fondant sur les étapes nécessaires pour vérifier la sécurité du système, la Ville prévoit que le service partiel reprendra dans les deux premières semaines de novembre. »

— Une citation de  Extrait de la note de service du directeur général de la Ville d'Ottawa, Steve Kanellakos

La Ville avait déjà annoncé son souhait de voir le train léger circuler pendant deux jours consécutifs, sans qu’il y ait de problèmes, avant d'y accueillir des passagers.

Une importante mise à jour au sujet du train léger est prévue pour mercredi, dans le cadre d’une réunion de la Commission du transport en commun. Des dirigeants d’OC Transpo, du GTR et de la firme indépendante Transportation Research Associates (TRA) doivent y prendre part.

Il serait possible que la Ville sache plus tard cette semaine quand un retour du service complet sur la Ligne de la Confédération pourrait être envisagé.

Le train léger d’Ottawa est hors service sur la ligne 1 depuis le 19 septembre, jour où est survenu un déraillement qui en a forcé la fermeture.

Plusieurs étapes avant la réouverture

Dans la note interne, Steve Kanellakos souligne que maintenant que le GTR a fourni une proposition de date de remise en service et un plan de travail connexe, TRA peut à présent élaborer son plan de travail détaillé. La firme devrait d’ailleurs en offrir un aperçu lors de la rencontre de la Commission du transport en commun d’Ottawa.

Il est également indiqué que TRA passera en revue le plan de remise en service de GTR et proposera des recommandations à la Ville sur la proposition de plan de remise en service. Ce sera toutefois la responsabilité du GTR d’exécuter les étapes du plan, sous la supervision des représentants de TRA, peut-on lire.

La note précise que, dès que les représentants de TRA auront recommandé à la Ville que le GTR entreprenne la remise en service, la Ville prendra les mesures nécessaires pour vérifier la capacité de ce dernier à relancer le [train léger sur rail] de manière sécuritaire et fiable.

« La date finale de remise en service ne sera déterminée que lorsque la Ville sera convaincue que cela peut se faire en toute sécurité. »

— Une citation de  Extrait de la note de service du directeur général de la Ville d'Ottawa, Steve Kanellakos

Le directeur général de la Ville d’Ottawa conclut sa note en disant que l’enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada est toujours en cours à la suite du déraillement du train léger survenu le 19 septembre.

Laura Shantz, qui est membre du Groupe des usagers du transport en commun d'Ottawa, croit que la nouvelle annoncée lundi est un bon premier pas, mais elle estime qu’il faudra composer, entre autres, avec la perte de confiance du public à l'égard du train léger.

L’attente de quelques semaines est mieux que rien, dit-elle, mais en attendant, il faudra améliorer la qualité du service fourni sur la ligne d’autobus R1 d’OC Transpo, qui remplace les déplacements du train léger de la ligne 1 depuis le 19 septembre.

« On a vu qu'il y a plusieurs problèmes avec le service du R1 quand c'est déployé pendant longtemps. Donc, il faut un plan pour améliorer ce service, pour s’assurer que, si le train est encore en panne, une autre fois, que le service sera mieux. »

— Une citation de  Laura Shantz, membre du Groupe des usagers du transport en commun d'Ottawa

À la réunion de la Commission du transport en commun, mercredi, elle s’attend à obtenir de plus amples renseignements sur le déroulement des étapes vers la remise en service du train, afin qu’on puisse mieux comprendre ce qu’il va se passer entre aujourd’hui et [la reprise] du service n’importe quel jour en novembre.

Prendre le temps de bien faire les choses

Au moins maintenant, nous avons une date de reprise, a déclaré la conseillère Theresa Kavanagh, membre de la Commission du transport en commun de la ville.

Mme Kavanagh a indiqué qu'elle était optimiste; même une remise en service partielle faciliterait les déplacements des passagers selon elle, mais elle ne veut pas que le processus soit précipité.

Je pense que nous sommes tous un peu nerveux après deux déraillements. Je ne pense pas que je suis pressée à moins de savoir avec certitude que les choses ont été bien testées, ajoute-t-elle.

Un train léger sur rail d'Ottawa contraint à l'arrêt.

Le déraillement du train léger n'a fait aucun blessé. Plusieurs conseillers ne veulent pas précipiter la reprise du service pour assurer la sécurité des usagers.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

De son côté, la conseillère Diane Deans, qui ne siège pas à la Commission du transport en commun, dit qu'il faut prendre le temps pour bien faire les choses. Nous devons tous être assurés que ce système est d'abord sûr et fiable avant qu'il ne soit remis en service.

Cependant, Mme Deans se réserve un doute quant au retour complet du service. 

Ils ont raté trois dates de début pour le service lorsque nous avons commencé parce qu'ils n'avaient jamais eu de délais réalistes et pour moi, ce n'est probablement pas non plus un calendrier très réaliste, affirme Mme Deans.

Elle a également demandé plus de détails sur la façon dont GTR reprendra le service, qualifiant les détails présentés par M. Kanellakos d'un calendrier approximatif plutôt que d'un plan officiel.

Le diable est toujours dans les détails, mais nous devons voir tous les détails. Nous devons être certains que les actions qu'ils vont prendre vont garantir la sécurité de nos citoyens lorsqu'ils monteront dans le train, conclut-elle.

Avec les informations d'Antoine Trépanier et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !