•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décharge de Vancouver fera de ses GES de l’énergie propre

Un site d'enfouissement.

La décharge de Vancouver se trouve à Delta et dessert les résidences et entreprises de toute la région métropolitaine de Vancouver.

Photo : Ville de Vancouver

La Colombie-Britannique et la Ville de Vancouver s'unissent pour répondre en partie à l'urgence climatique. Les deux entités dégagent environ 8,5 millions de dollars pour capturer les gaz à effet de serre (GES) de la décharge de Vancouver afin de les transformer en énergie propre.

Lundi, le ministre de l'Environnement et de la Stratégie du changement climatique, George Heyman s'est entouré de la mairesse adjointe de la Ville de Vancouver, Sarah Kirby-Yung ainsi que du vice-président de Fortis BC, Joe Mazza, pour rappeler l’importance de se défaire des combustibles fossiles au profit de l’énergie renouvelable et d'éviter que les gaz à effet de serre ne soient rejetés dans l'atmosphère.

Ensemble, la province et Vancouver s'attaquent par conséquent aux gaz d'enfouissement dont le méthane est le plus puissant et dévastateur pour notre atmosphère à travers le programme Clean BC.

L'investissement de 4,28 millions de dollars chacun servira à installer un nouveau système de puits collecteurs et de canalisations pour recueillir les gaz à effet de serre de la décharge de la ville qui se trouve à Delta.

Le rôle de Fortis BC

Les GES seront transportés et raffinés en gaz naturel renouvelable via une usine de traitement de Fortis BC, le fournisseur et le distributeur d'électricité et de gaz naturel de la province.

Le projet de décharge de Vancouver est notre plus grand projet de gaz naturel renouvelable à ce jour et un élément clé de notre plan 30BY30 visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des clients de 30 % d'ici 2030 , a déclaré Joe Mazza.

Cette énergie propre, dit-il, profitera tant aux résidents de Vancouver qu'aux entreprises et aux infrastructures municipales.

Le ministre George Heyman.

La Colombie-Britannique investit 4,28 millions de dollars, tout comme la Ville de Vancouver, pour transformer les gaz d'enfouissement en énergie renouvelable.

Photo : Radio-Canada

Selon le ministre Heyman, cette transformation des gaz d'enfouissement en énergie propre constitue un élément essentiel pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre que se sont fixés les deux entités. D'ailleurs, ce projet devrait éliminer 485 0000 tonnes de dioxyde de carbone au cours de la prochaine décennie, a précisé la mairesse adjointe.

Un pas important, selon les environnementalistes

Karen Tam Wu, la directrice régionale de l'Institut Pembina, un groupe de réflexion canadien à but non lucratif axé sur l'énergie, estime que cette initiative est un bon moyen de réduire les émissions dans les secteurs automobiles notamment avec les camions, mais aussi dans les industries qui ont besoin du gaz naturel pour le chauffage par exemple.

MmeTam Wu attend cependant avec impatience le plan climatique de la province qui nous montrera comment réduire nos émissions et atteindre nos objectifs climatiques en 2030.

Du côté de la Fondation Suzuki, l'analyste des politiques de solution climatique, Tom Green, affirme que c'est de ce type de projets que nous avons besoin de voir à travers le Canada.

Bien que l'annonce conjointe de la Ville et de la province est bien accueillie, Tom Green souligne toutefois que le plus grand problème dans notre province est l'émission qui provient des usines pétrolières et que le gouvernement continue avec le gaz naturel liquéfié.

Pour que l'effet sur le climat soit visible, les différentes parties s'accordent pour reconnaître qu'il faudra multiplier les initiatives au vu de l'urgence climatique. Le défi qui est devant nous est très grand. On doit diminuer nos émissions de 7 à 10 % par an jusqu'en 2030. Il nous reste très peu de temps, lance Tom Green.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !