•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

55 cas de COVID-19 dans 2 écoles de Saint-Georges en Beauce

Une classe vide.

Une classe vide dans une école de Beauce (archives)

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

50 cas ont été déclarés à l’école Lacroix et 5 à l’école des Petits-Castors, depuis les dernières semaines, selon la Direction de la santé publique (DSP) qui procèdera à un dépistage massif mercredi et jeudi.

Le dépistage des deux écoles se fera directement à l’école Lacroix pour dépister les élèves, leur famille immédiate, ainsi que les membres du personnel travaillant dans ces écoles, précise le Centre de servicesscolaire de la Beauce-Etchemin (CSSBE) dans un communiqué. Les tests se feront par gargarisme, indique aussi le CSSBE.

La santé publique recommande aux personnes qui se feront dépister de limiter leurs interactions sociales. Elle rappelle aussi aux autres élèves déjà placés en isolement de respecter les directives.

Cours suspendus

De ce fait, les cours seront suspendus le mercredi 20 octobre 2021et le jeudi 21 octobre 2021 pour tous les élèves de ces deux écoles. De plus le service de garde sera fermé.

Contrairement aux vagues précédentes qui touchaient davantage les entreprises, 70 % des éclosions actuelles en Beauce, épicentre de la COVID-19 au Québec, ont lieu en milieu scolaire.

Les plus petits sont particulièrement touchés par le virus, alors que les écoles primaires beauceronnes sont devenues ces derniers jours le principal vecteur de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, voire au Québec.

Selon les plus récents chiffres, 43 classes étaient fermées en Beauce. Cette région est de loin celle ayant le plus haut taux actif par 100 000 habitants avec 478,2. C'est plus de 8 fois plus élevé que la moyenne provinciale, établie à 59,5.

C'est une épidémie des non-vaccinés. 75 % des cas, ce sont des non-vaccinés, a souligné la directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches, la Dre Liliana Romero, à l'émission matinale Première heure.

« Les dernières deux semaines, ce fut beaucoup au niveau les écoles. 70 % des éclosions sont dans les milieux scolaires, surtout les écoles primaires, où les enfants ne sont pas encore vaccinés. »

— Une citation de  Dre Liliana Romero, directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches

Seulement 5 % chez les personnes âgées

Pendant ce temps, affirme-t-elle, les éclosions ont été contrôlées dans d'autres secteurs. Environ 15 % des éclosions sont recensés présentement dans les différents milieux de travail et seulement 5 % dans les résidences pour personnes âgées, pourtant durement éprouvées lors des premières vagues.

Ces propos de la Dre Romero ne vont pas dans le même sens que ceux qui prétendent que le travail en usine - donc l'absence de télétravail - est responsable du fort taux de contamination en Beauce.

La docteure Romero assise à son bureau.

Liliana Romero est directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches.

Photo : CISSS de Chaudière-Appalaches

La désinformation

La désinformation est d'ailleurs la cause principale évoquée par la Dre Romero pour expliquer cet important écart avec l'ensemble de la province.

Il y a plusieurs facteurs contributifs. Le premier, c'est la situation sociodémographique. Il y a beaucoup de défavorisation sociale et matérielle dans un territoire qui est très vaste, mentionne-t-elle.

Le faible taux de scolarité jumelé au non-respect des règles en vigueur, comme la non-utilisation du passeport vaccinal, sont particulièrement montrées du doigt par la Dre Romero.

« On a des déclarations et des signalements des citoyens pour nous informer de situations vraiment inquiétantes. Des endroits où le passeport vaccinal n'est pas demandé et où les citoyens s'imposent à rentrer sans utiliser une preuve de vaccination. »

— Une citation de  Dre Liliana Romero, directrice de santé publique de Chaudière-Appalaches

Ce week-end, plus de la moitié des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches ont été recensés en Beauce.

Malgré ces statistiques peu reluisantes, la Dre Romero refuse de baisser les bras. Pour elle, sensibiliser la population à l'importance de se faire vacciner demeure l'option à privilégier pour vaincre le virus en Beauce.

Il faut travailler avec la population, encore faire des efforts pour augmenter le niveau d'information. Pour plusieurs [résidents de la Beauce], c'est seulement Facebook qui donne la bonne information, mais on comprend que ce n'est pas la bonne information, conclut la Dre Romero.

Avec la collaboration de Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !