•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maurice Anglehart vise de nouveau la préfecture MRC du Rocher-Percé

Maurice Anglehart debout derrière son vélo.

Maurice Anglehart veut profiter des belles journées d'automne pour faire campagne à vélo.

Photo : Gracieuseté Maurice Anglehart

Ils étaient six candidats en 2016, ils sont quatre en lice pour le 7 novembre, dont l’ancien maire de Port-Daniel-Gascons, Maurice Anglehart.

Maire pendant 16 ans, Maurice Anglehart a aussi occupé le siège de préfet de la Municipalité régionale de comté avant que le poste ne soit élu au suffrage universel.

Il abandonne son fauteuil de maire en 2013 pour devenir préfet, mais est défait par Diane Lebouthillier, devenue depuis députée libérale fédérale de la circonscription Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Il tente à nouveau sa chance en 2015, lorsque Mme Lebouthillier se lance en politique fédérale. C’est la préfète, Nadia Minassian, qui sera élue. Six ans plus tard, il est de nouveau en lice.

En forme, l’homme de 69 ans fait campagne à bicyclette. J’ai fait 5422 km en vélo cet été. Que la jeunesse vienne me suivre.

Maurice Anglehart se dit aussi présent sur les réseaux sociaux où il invite la population à visionner ses publicités.

Au service des autres

L’ancien militaire et administrateur dans les Forces armées canadiennes souligne qu’il a passé sa vie à s’occuper des autres. C'est ce qui le motive à se réprésenter. C’est le sens du devoir. J'ai travaillé toute ma vie depuis l’âge de 9 ans. J’adore travailler.

Loin d’être un nouveau venu en politique municipale, le candidat fait valoir qu’il a déjà quelques réalisations importantes à son actif.

Il rappelle qu’il est celui qui était en poste au moment où le projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons a pris son envol. Le candidat se définit malgré tout comme un écologiste. Je me souviens qu’une des premières tâches que j'ai accomplies comme maire de Port-Daniel-Gascons, c'était de nettoyer les dépotoirs. C’est son travail, indique M. Anglehart, qui a permis la réouverture du centre de tri de Grande-Rivière, qui éprouvait à l’époque de sérieuses difficultés financières.

Les priorités

Une de ses premières tâches sera aussi de rebâtir l’équipe de la Municipalité régionale de comté. Il observe que l’ex-directeur général, Mario Grenier, aussi candidat, n’a pas été remplacé. Il manque trois personnes minimum.

M. Anglehart mise par ailleurs sur le développement récréotouristique pour assurer l’avenir de l’aéroport de Grande-Rivière.

« Maintenant que nous avons un aéroport digne de ce nom, ça nous prend un projet digne de ce nom.  »

— Une citation de  Maurice Anglehart, candidat à la préfecture de la MRC du Rocher-Percé

Il dit avoir déjà un plan d’affaires pour transformer la Pointe-au-Maquereau, secteur de New Port/Gascons, en station balnéaire quatre saisons.

Deux hommes embarquent des caisses de homard dans un camion.

Sainte-Thérèse-de-Gaspé dans la MRC du Rocher-Percé est un des ports de débarquement de crabe et de homard les plus importants de la Gaspésie. (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Selon lui, il reste toutefois certains travaux à réaliser, dont la construction d’entrepôts réfrigérés, afin de compléter les infrastructures de l’aéroport. Pour qu’on devienne, dit-il, un exportateur de crabes et de homards.

Il souhaite aussi aider les personnes âgées à demeurer dans leur domicile.

Le candidat veut aider financièrement les propriétaires à réaliser des travaux comme le remplacement de système de chauffage ou la réparation de toiture, l’installation de monte-charge. La priorité des personnes âgées, c’est de demeurer chez eux. C’est leur choix numéro un.

Pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, il prône le recrutement de travailleurs étrangers, notamment dans les pays francophones. Pour faciliter l’intégration , dit-il.

Il promet d’être à l’écoute des besoins des maires. Une des choses que je vais faire dès les premiers jours de mon mandat, explique Maurice Anglehart, c'est de rencontrer les maires, mais pas en collectif, les rencontrer chacun dans leur bureau, chez eux, dans leur municipalité, pour connaître leurs besoins, connaître leurs préoccupations.

Il entend mettre de l’avant cette disponibilité auprès de tous ses concitoyens. Quand j'étais maire, ma porte était grande ouverte. Même un jour, j'ai enlevé la poignée de ma porte pour laisser la porte ouverte. Le passé est garant de l’avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !