•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une génération Z ouverte sur les autres

Des adolescents portant le masque discutent à une table à la maison des jeunes, tout en dessinant.

La maison des jeunes l'Escale jeunesse - La piaule, située à Trois-Rivières, est un milieu de vie pour adolescents entre 11 et 17 ans.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Les adolescents étaient à l'honneur dans les derniers jours à l'occasion de la 24e Semaine des maisons des jeunes du Québec. Si une chose ne change pas avec le temps, ce sont les préjugés véhiculés à leur endroit.

Comme chaque génération, les jeunes d’aujourd’hui font face à des stéréotypes qu’ils connaissent par coeur. Ah! les jeunes sont paresseux! Ça, c'est celui que je déteste le plus, s’exclame Wilfrid Bourdon-Marchand.

L’adolescent cite en exemple son frère qui a démarré le Bloc vert à l’école secondaire Chavigny il y a deux ans. Ils sont allés planter des arbres, ils se sont réunis avec deux autres école, raconte Wilfrid Bourdon-Machand. Lui-même dit ramasser les déchets laissés par les autres dans la cours d’école.

Le jeune sportif ajoute que les adultes devraient apprendre à découvrir ceux de sa génération avant de les juger.

Wilfrid Bourdon-Marchand prend la pose à la caméra dans les locaux de la maison des jeunes.

Wilfrid Bourdon-Marchand fréquente la maison des jeunes l'Escale jeunesse - La piaule, située à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

La génération Z est un reflet de son ère, marquée évidemment par le numérique, mais aussi par de nouvelles considérations. Selon un sondage du Regroupement des maisons des jeunes du Québec, les adolescents accordent par exemple une importance particulière à leur santé mentale et à la conciliation entre vie personnelle et travail.

Nous aussi on travaille fort et on comprend qu'eux aussi ont travaillé fort dans le temps. On est aussi la relève. On devrait nous encourager au contraire à prendre notre rythme et être mieux dans ce qu'on veut faire, estime Fréderyk Harnois.

Frédéryk Harnois assis sur un divan dans la maison des jeunes.

Frédéryk Harnois fréquente la maison des jeunes l'Escale jeunesse - La piaule, située à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Il fait aussi partie de ceux qui veulent s'impliquer davantage et qui ont une idée de ce à quoi devra ressembler la société de demain. En ce moment, c'est beaucoup centré sur nous-même, mais au contraire on essaie nous de le déconstruire, d'être plus social, ajoute Fréderyk Harnois.

La nouvelle génération place aussi les droits des peuples autochtones, des femmes et des communautés LGBTQ+ en haut de sa liste de priorités. Ils ont tout à fait leur place, ils ont des positions intéressantes, encore faut-il les écouter, invite Nicholas Legault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !