•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une percée en Asie pour la Savonnerie Chèvre-Feuille

Des blocs de savon artisanaux rangés sur une tablette.

La Savonnerie Chèvre-Feuille fournira 20 000 savons par an à un partenaire japonais à la suite d'une entente de trois ans.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

La Savonnerie Chèvre-Feuille, de La Baie, va élargir sa clientèle en effectuant une incursion au Japon.

Selon le copropriétaire de la petite entreprise artisanale, Yvon Fortin, l’aventure a commencé plutôt modestement.

Il explique que sa partenaire, Sonia Gagnon, et lui ont été approchés par un homme de la région qui brassait des affaires avec un Japonais.

Ce dernier souhaitait se lancer dans la vente et la distribution de savons aux bleuets fabriqués à base de lait de chèvre.

Par la suite, les choses ont déboulé pour Mme Gagnon et M. Fortin. Ce dernier raconte que l’entrepreneur nippon les a contactés directement pour savoir s’ils pouvaient poursuivre la démarche d’exportation.

Un homme et une femme posent devant des savons artisanaux.

Sonia Gagnon et Yvon Fortin dirigent la La Savonnerie Chèvre-Feuille située à La Baie.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Nous avons hésité un petit peu. Nous ne voulions pas trop nous en mettre sur les épaules. Nous ne voulions pas affecter la clientèle d’ici. Nous avons imposé nos conditions, se rappelle-t-il.

Yvon Fortin soutient que l’enthousiasme de l’homme d’affaires japonais a dû être réfréné. Il voulait conquérir l’Asie, mentionne-t-il, amusé.

Mme Gagnon et M. Fortin, qui n’ont aucun plan d’expansion pour leur entreprise, se sont empressés de le ramener sur la Terre en lui servant des explications claires. Nous lui avons dit que nous allions commencer par le Japon et que nous allions fournir une quantité de savons que nous étions capables de fabriquer, précise Yvon Fortin

En fin de compte, une entente minimale de trois ans a été conclue avec le partenaire japonais. L’accord prévoit que ce dernier recevra 20 000 savons sur une base annuelle.

Quand M. Fortin se fait demander pour quelle raison un client asiatique a soudainement développé un fort intérêt pour des produits provenant de l’autre bout du monde, il répond toujours la même chose.

C’est parce que nous avons la meilleure savonnerie du monde. C’est aussi simple que ça, s’exclame-t-il invariablement en riant.

D'après une entrevue à l'émission C'est jamais pareil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !